Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 14 juin 2006

Nous allons prendre votre appel, merci de patienter quelques instants…

Cette petite phrase anodine a failli me rendre folle.
Après l’avoir entendu presque 70 fois –ben oui toutes les 22 secondes pendant 23 minutes- j’étais dans un état proche de l’Ohio, la larme prête à couler. « Mais qu’est ce que ce c’est que ce monde où tu poireautes 23 minutes sur un serveur vocal sans à aucun moment avoir la possibilité de parler à quelqu’un » me disais-je. Le pire c’est que ça aurait pu durer plus longtemps : passé un certain temps, impossible de raccrocher. T’as attendu 23 minutes, tu vas pas gâcher ce temps perdu et recommencer plus tard pour un résultat sans doute identique. Alors tu t’accroches, tu te désespères sur l’évolution de la société mais t’essaies quand même de rester calme histoire de pas faire payer au pauvre téléopérateur toute cette frustration. Sauf que ce jour-là, au bout de 23 minutes, t’as vraiment pas de chance : le téléopérateur a décroché, dit au revoir et raccroché. Erreur de manipulation ou manifestation de sadisme téléphonique ? Le résultat a été le même : les larmes de rage et d’impuissance ont coulé, 18 euros de hors forfait pour cette seule communication, et toujours pas de téléphone fixe.

Edit quelques heures plus tard: après réclamation auprès de France Télécom, il s'agissait d'un numéro gratuit depuis un fixe, oups! mérite bien d'être appellée la quiche lorraine moi...