Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 01 avril 2007

Le musée de l'Ecole de Nancy dévoile ses réserves

medium_affiche.3.jpgL'Ecole de Nancy, c'est mon dada. Donc quand le musée de l'Ecole de Nancy décide de présenter les trésors qui sommeillent dans ses réserves et qu'on ne peut jamais voir pour cause d'étroitesse des lieux et bien votre quiche, elle ne peut pas passer à côté de ça!
Pour être allée dans ces fameuses réserves, je sais que ça vaut le coup : des ensembles comme le mobilier d'un cabinet dentaire de Gruber, des éléments mobiliers et architecturaux venant de construction détruites comme la maison Luc (rue de Malzéville). Et ce n'est pas parce que ça sort des réserves que ce sont des oeuvres d'une importance moindre, jugez plutôt : la demeure d'Emile Gallé himself, l'hôtel particulier d'Edouard Hannon à Bruxelles ou encore la villa d'Eugène Corbin, généreux mécène de l'Ecole de Nancy et donateur à l'origine du musée de l'Ecole de Nancy.

Et tout ça, ça se passe dans l'un des lieux fondateurs de ce mouvement : les galeries Poirel où, dès la fin du XIXè siècle, les artistes lorrains présentaient des oeuvres qui allaient marquer les arts décoratifs pour un moment.

Où, quand, jusqu'à?
Le musée expose ses réserves : oeuvres méconnues ou inédites
Galeries Poirel, Nancy
Du mercredi au dimanche de 13h à 18h
Jusqu'au 13 mai 2007

dimanche, 04 mars 2007

Une soirée chez Marcel

Dans la cadre de la mission première de ce blog -faire découvrir la Lorraine dans ses aspects les plus variés-, je fais preuve d'une abnégation de ouf : hier, je suis allée voir le match Nancy-Le Mans au stade Marcel Picot, rien que pour pouvoir vous parler de l'ASNL, l'équipe de Nancy.

L'ASNL a connu une période faste dans les années 70 avec un certain Platini. Cet âge d'or est vraiment un lointain souvenir :  Nancy, le plus souvent, oscille entre le bas du tableau de L1 et la L2. Sauf que cette année, Nancy a fait un début de saison plutôt prometteur et beaucoup de gens ont repris le chemin du stade, d'autant plus que l'équipe jouait en coupe de l'UEFA. Je me devais donc d'aller voir de plus près ce phénomène. En plein coeur de l'action, derrière un club de supporter, je n'ai rien manqué du spectacle. Grève des supporters pendant 15 minutes pour montrer aux joueurs peu reconnaissant ce que c'est qu'un stade mort, passage à l'action au bout des 15 minute : on tombe le maillot et on danse et on chante des hymnes à la gloire des joueurs en rouge et blanc qu'on encourage à coup de "Ouaich gros" et on clame sa fierté d'être supporter de Nancy tout en buvant des bières et presque sans regarder le match... Supporter c'est vraiment un boulot surtout pour le type au mégaphone, tatoué du chardon lorrain, qui tente de motiver la tribune pendant toute une mi-temps sans beaucoup de succès. Pour l'ambiance de folie, on repassera.

Au final, c'était super poussif, aucune construction de jeu du côté des Lorrains, des erreurs d'arbitrage qui coupent le jeu. Je me suis bien amusée en regardant tout ce qui passait dans les tribunes mais je n'ai pas été emballée par le match en lui-même.

Edit : Comment ça le foot ça vous passionne pas?!!!!!!!!!!!

dimanche, 04 février 2007

Aux délices du Palais

Un chouette endroit pour se faire un p'tit resto entre copines : Aux délices du Palais, en face du palais ducal à Nancy. Et ce n'est pas Clarchen qui me contredira...
Le cadre : de bric et de broc. Pas une table ou une chaise semblable à une autre pour une ambiance décontract. Le patron : une crème. On devient ses petites chéries ou ses canards très vite et il claque la bise quand on s'en va.
Les plats : de la cuisine inventive à des prix plus que doux. Pour vous mettre l'eau à la bouche : gratin de légumes au pain d'épices et au chèvre, lasagnes aux deux saumons, tarte aux courgettes et au chèvre... Et, cerise sur le gâteau, on y trouve du Tariquet dont le Premières grives qui accompagné mon année festive à Cahors. Autant vous dire que quand j'ai vu la bouteille chérie sur le comptoir de Fabrice, j'ai sauté de joie!

Mieux vaut réserver car il est souvent complet en fin de semaine!

samedi, 20 janvier 2007

Rivalités intestines

C'est l'histoire d'une région ayant connu des siècles agités et pour laquelle deux villes prétendent au titre de capitale. A ma gauche, Nancy, capitale historique du duché de Bar et de Lorraine, un peu endormie jusqu'à la fin du XIXè siècle où l'annexion de l'Alsace et la Moselle lui donne l'occasion de reprendre le devant de la scène. A ma droite, Metz, en territoire d'Empire, puis enclave française entre les territoires allemands et le Lorraine, ville qui brille jusqu'au black-out de l'annexion. 1918 : retour des territoires annexés dans le giron de la France. Et début de la lutte intestine pour le titre convoité de capitale de la Lorraine.
Tout se complique avec la décentralisation et la création des régions. Il va bien falloir trancher : on n'a pas encore vu de région bicéphale. Et bien non, la question ne sera pas tranchée de manière catégorique.

C'est l'histoire d'une région qui a un chef lieu administratif (Metz) mais sans aucunes conséquences sur les équipements.

C'est l'histoire d'une région qui installe son aéroport entre les deux villes soit en plein milieu de la cambrousse. Pas trop grave me direz-vous au regard du peu de destinations desservies.

Mais c'est l'histoire d'une région qui installe sa gare TGV entre les villes soit.... en plein milieu de la cambrousse, je vois que vous suivez, et ça, ça me fait nettement moins rire, parce que du TGV, je sens que je vais en avaler pas mal au train (ha ha) où vont les choses...

Alors pour les prochaines fois amis messins, ravalez votre fierté mal placée et admettez que la capitale de la Lorraine c'est bien Nancy ;)

dimanche, 10 décembre 2006

Trou lorrain

Trou lorrain : mélange de glace à la mirabelle et d'eau de vie de mirabelle censé couper un repas de fête et permettre de continuer ses agapes...
Résultat du trou lorrain le lendemain : mal la tête.... (surtout quand on se termine au rhum arrangé)

dimanche, 03 décembre 2006

Saint Nicolas

Ce week end à Nancy, on célèbre saint Nicolas, patron de la Lorraine et protecteur des enfants : feu d'artifice, défilé sur des chars du saint évêque dans son rouge costume d'église et de son acolyte le père Fouettard tout de noir vêtu, jetés de bonbons dans la foule pour un final sur la place Stan', vous vous souvenez, la plus belle place du monde.... Auparavant les deux compères ont fait la tournée des écoles pour déterminer qui a été sage et qui ne l'a pas été au cours de l'année passée : les gentils seront recompensés par saint Nicolas, les garnements auront droit aux punitions du père Fouettard. Ca vous rappelle vaguement quelque chose non? Et pour cause, saint Nicolas est un peu l'ancêtre du père Noël d'invention beaucoup plus récente. Et le santa Klaus des anglophones dérive directement du saint Nicolas de l'Est de la France. Depuis les années 60, le marketing ayant bien fait son travail, le père Noël et sa hotte de cadeaux ont détrôné saint Nicolas pourvoyeur de douceurs mais la Saint-Nicolas reste une fête importante pour les petits comme pour les grands. J'en veux pour preuve les rues de Nancy noires de monde hier pour le feu d'artifice tiré place Stan', la plus belle... ok, ok, j'arrête avec mon chauvinisme de bas étage.

Mais c'est qui ce saint Nicolas et que vient-il faire en Lorraine?
Il était évêque de Myre en Turquie au IVè siècle après Jésus Christ. Diverses légendes entourent sa vie mais celle que l'on chante encore aujourd'hui relate la ressurection par saint Nicolas de trois enfants découpés en morceaux et mis au saloir par un boucher à qui ils avaient demandé l'hospitalité. Saint Nicolas qui passe par là sept ans plus tard demande à manger spécialement ces morceaux de viande. Le boucher prend peur et s'enfuie, saint Nicolas fait revenir les trois enfants à la vie. Certains pensent que le père Fouettard serait le boucher de la légénde. "Ils étaient trois petits enfants qui s'en allaient glaner aux champs...".
Au XIè siècle, un Lorrain en guoguette du côté de Bari en Italie où se trouve la tombe du saint, ramène (ok il l'a problablement volé puisqu'à l'époque le trafic des reliques est à son apogée) sa "dextre bénissante", la main droite d'un pauvre péquin dont on a pris la tombe pour celle de saint Nicolas donc. Le Lorrain en question donne cette main à la ville de Port, bourg proche de Nancy. On construit pour la précieuse relique plusieurs églises successives jusqu'à l'actuelle basilique de Saint-Nicolas-de-Port. Comme de juste saint Nicolas devient le protecteur de la famille ducale, des grands du duché et donc par extension de la Lorraine.

Vous savez ce que je vais faire cet après midi? Comme quand j'étais gamine : aller au défilé pour essayer d'attraper des bonbons parce que "j'ai été bien sage cette année saint Nicolas!"

samedi, 18 novembre 2006

Patois

A week end lorrain billet lorrain !

Le Lorrain a  un parler bien spécifique,  je vais donc vous faire découvrir des expressions toutes plus élégantes les unes que les autres que vous pourrez entendre au détour des rues de Nancy.

On commence par une citation des Amis d’ta femme, groupe du cru qui a fait une reprise de Laisse béton de Renaud à la sauce lorraine que je vous mettrais ici dès que  j’aurais compris comment on met de la musique sur un blog !  «  de l’ineffable propension qu’ont les Lorrains à oublier le prénom de leur interlocuteur : « comment qu’c’est…    euh…    gros ? ».

 

Parce que le Lorrain n’appelle pas son ami par son prénom mais par cette délicieuse locution « gros », qui n’est en aucun cas en rapport avec le poids de la personne qu’on s’entende bien.

Le Lorrain ne fait pas la fête, il fait la chouille.

Il ne boit pas, il pitche.

Il ne s’en va pas, il se pet’ la tchave.

Il ne demande pas « comment vas-tu cher ami ? » mais il préfère dire « ça get’s gros ?»

Il parle d’un ami en rajoutant « le » devant son prénom : le Henri par exemple… voire dans certains cas extrêmes « il est où le gros ? »

Il prononce le T à la fin du mot vingt.

Le tout avec un accent bien des campagnes.

Mais le Lorrain est un gars bien quand on ne s’arrête pas à ça… Nombre d’étudiants arrivés ici contraints et forcés n’en sont plus repartis conquis par la chaleur de l’accueil. Venez y voir de plus près…

 

Edit après une soirée dans les bars lorrains :

Le Lorrain met le caillon (avec un ^ sur le a) soit le souk, le bronx

Il ne fume pas des cigarettes mais des schmers.

Il ne redoute pas les policiers mais les schtars.

Il ne se tape pas la honte mais la lâtche ou la chouffe.

Il ne parle pas d'un gars mais d'un câtche.

Il ne roule pas vite mais il chable.

And so on... 

vendredi, 03 novembre 2006

L’Ecole de Nancy ou le renouveau des arts à Nancy

Oups, cette note est méga longue car je me suis laissée emporter par ce sujet qui est un peu mon dada!

medium_b_bois_41_daum.3.jpgLa maisonnée s’est endormie, je peux donc tranquillement m’installer pour vous conter ma Lorraine par le petit bout de la lorgnette. Le mot conte n’est pas vain ici puisque ma pauvre Lorraine, devenue province française à la mort de Stanislas est peu à peu rentrée dans le rang. Rideau – Ennui – Petite ville de province.
Et là ping, une petite guerre pour réveiller tout ça. 1870, perte de l’Alsace et de la Moselle. Et voilà Nancy qui devient à la place de Metz ou Strasbourg, désormais en territoire allemand, LA grande ville de l’Est de la France. Tous les regards se tournent vers cette ville symbole de la tragédie de l’Annexion. Et ces regards vont rencontrer un créateur de génie : Emile Gallé. Fin lettré, humaniste, républicain, verrier, ébéniste et céramiste, il réussit, grâce à l’énergie débordante qu’il met dans tout ce qu’il entreprend, à réveiller le Nancy des Arts. Des expositions d’arts décoratifs à Nancy et à Paris font connaître dans toute la France, les créations de ce qu’on a vite appelé l’Ecole de Nancy. Le bois, le verre, la céramique, les vitraux, les tissus, les reliures… les artistes de l’Ecole de Nancy touchent à tout et révolutionnent les pratiques artistiques de la fin du XIXe siècle tombée dans la répétition, le cliché.

Ils ne sont pas les seuls en Europe à poursuivre ce but : Bruxelles, Barcelone, Glasgow, Vienne… et Nancy! Partout on crée un Art nouveau –le mot est jeté- inspiré des lignes végétales. La particularité de Nancy est d’avoir porté un regard très naturaliste sur ces lignes végétales sans doute sous l’influence de Gallé, botaniste averti. Donc l’heure de gloire pour Nancy dont les créations sont célébrées partout.
Mais dès le tournant du XXe siècle, les formes se stylisent, se géométrisent et la plupart des artistes de l’Ecole de Nancy, freinés par la mort de leur chef de file en 1904, ne réussissent pas à prendre ce tournant. C’est le début d’un long purgatoire où les débauches florales et les stylisations végétales sont honnies. Aujourd’hui, il serait presque indécent de donner le prix de vente d’un beau vase de Gallé. Il y a même des Japonais qui commanditent des vols au Musée de l’Ecole de Nancy pour se fournir en pièces majeures!

Car, quel meilleur endroit que Nancy, pour se replonger dans cette époque ? Ben, n’y en a pas !
A ne pas rater à Nancy :
Le musée de l’Ecole de Nancy : dans la propriété du principal mécène de l’Ecole de Nancy, des collections somptueuses, un aquarium et un jardin.
La villa Majorelle : le plus bel exemple d’architecture Art nouveau à Nancy
Le musée des beaux-arts : pour les Daum au sous-sol
La brasserie Flo – Excelsior (en face de la gare) : presque dans son jus
Le quartier de Saurupt (direct en tram) : pour les villas rescapées d’un projet de parc jardin à l’anglaise
Et surtout se balader le nez en l’air !

Pour en savoir plus : par ici

samedi, 14 octobre 2006

Katerine et The Divine Comédy au NJP

En ce moment à Nancy et jusqu'au 21 octobre, c'est le Nancy Jazz Pulsations, a.k.a NJP pour les djeunz. C'est l'évènement musical à ne pas manquer, sinon faut avouer qu'on a pas grand chose à se mettre sous la dent depuis que la petite salle alternative du coin a fermé. Je ne manquerais donc ça pour rien au monde. D'autant que la plupart des concerts ont lieu sous un chapiteau de la Pépinière, un parc juste à côté de la place Stan, et l'ambiance des nuits automnales lorraines toutes brumeuses, ça en fait un lieu chouette. Et que la programmation est super ecclectique et propose des soirées assez insolites comme celle d'hier soir où après l'ouragan Katerine, les belles ballades de Neil Hannon n'ont pas enthousiasmé les foules. 
Donc Katerine arrive après 2 autres groupes (pas prévu au programme, je suis arrivée à la bourre, pas compris qui c'était) : un vent de folie, de grand guignol, de décalage a soulevé tout le chapiteau. Grosse ambiance. Un peu brouillon au niveau de l'instrumentation me fait remarquer le musicien qui m'accompagne. Ok, par moment, on en prend tellement dans les oreilles qu'on ne sait plus bien ce qu'il passe. Mais ce type est un vrai show man et il donne beaucoup beaucoup et c'est tout ce que je lui demande.
Ensuite, Neil Hannon et ses musiciens pour une perdormance très très bien léchée qui m'a laissée beaucoup plus froide. Mais après une journée de boulot, trois heures de train et trois heures de concert dans les pattes, j'étais pas au top de ma disponibilité...
Une très très bonne soirée. Les concerts, y a que ça de vrai pour partir ailleurs, déconnecter et emmagaziner plein de bonnes ondes...

samedi, 26 août 2006

Vic sur Seille

 

medium_friant.jpgAttirée par le musée Georges de la Tour qui a ouvert il y a peu dans cette petite bourgade mosellane, j'ai profité d'un week end lorrain pour y faire un tour. Après tout c'est un des grands noms de la peinture lorraine, il méritait bien le déplacement.

 

Mettons les choses au clair : si vous voulez voir des Georges -je l'appelle par son prénom on est compatriotes quand même- mieux vaut aller au Louvre car le musée de Vic ne possède qu'une étude d'un visage féminin et un saint Jean Baptiste dans le désert, remarquable au demeurant. Mais alors me direz-vous, pourquoi un musée Georges de la Tour au nom un peu usurpé? Parce que c'est là qu'il est né Georges. A Vic sur Seille, alors résidence des évêques de Metz et donc ville d'administration, de couvent, etc. Passé qui a laissé des vestiges architecturaux très intéressants comme l'hôtel des Monnaies, certes très remanié par un restaurateur qui a du un peu trop lire Viollet-le-Duc.

Pour ceux qui ne le connaissent pas, VLD, c'est l'architecte qui a imaginé la galerie des Chimères de Notre-Dame à Paris, monstres qu'on croiraient sortis tout droit du Moyen Âge mais qui nous viennent tout bonnement du XIXe siècle.
Pour vous situer le personnage, voilà sa théorie de la restauration : il convient de rétablir le monument "dans un état complet qui peut n'avoir jamais existé à un moment donné". Un peu trash le VLD ; on en est un peu revenu aujourd'hui mais je m'égare et revenons à Vic, charmant village à visiter donc. Evitez quand même le café des amis le dimanche, rendez-vous de cyclistes à grande gueule et fort accent lorrain.

 

Heureusement, il y avait au musée une exposition sur un autre gars du coin : Emile Friant. C'est un de mes peintres lorrains préférés, proche des artistes de l'Ecole de Nancy dont je ne manquerais pas de vous reparler. Les tableaux de Friant reflètent la vie nancéienne de la fin du XIXè siècle, tendance réaliste, à l'opposé de Victor Prouvé (père de Jean l'architecte*), l'autre peintre du moment mais tendance symboliste, lui. Donc les moeurs de la bourgeoisie, les ouvriers qui taquinent la bouteille en attendant de trouver de l'ouvrage, les joies simples d'hommes jeunes et en bonne santé partageant un bon repas... Je vous montre un des mes préférés : l'idylle sur le Pont.

 

Si vous passez dans le coin, arrêtez vous un instant à Vic sur Seille, on y sent la riche histoire de la Lorraine que cette rubrique veut vous faire découvrir. Parce que la Lorraine c'est chouette : il n'y a pas que des mines et du mauvais temps!

 

 

*Je fais un peu de "name dropping" pour vous démontrer l'importance de la Lorraine dans le domaine artistique....

 

dimanche, 16 juillet 2006

Place Stan'

medium_stanislas.jpgEt ouais parce que le Nancéien, il ne dit pas place Stanislas, Stan’ c’est plus dans le vent.

Après une petite escale campagnarde me voici donc arrivée dans la capitale de la Lorraine. Oui oui, messins de tout bord qui lisaient ce blog, ne vous en déplaise, Nancy est la ma capitale de la Lorraine. Et toute Lorraine exilée qui revient aux beaux jours qu’est ce qu’elle fait ? Elle se précipite boire un verre place Stan’, donc.

 

 

medium_stanislas_duc_lorraine.jpgUn peu d’histoire : qui est donc ce Stanislas qui a donné son nom à la plus belle place d’Europe ? (Que celui qui murmure dans sa barbe que je suis chauvine vienne me le dire en face !).

Stanislas est un Polonais à qui par 2 fois et après de multiples péripéties le trône de Pologne a échappé car en Pologne la noblesse élit les rois, ce qui donne lieu à un beau bordel. Le pauvre vieux se retrouve donc le bec dans l’eau. Et là coup de bol, Louis XV qui se cherche une nénette pour mettre au monde des p’tits dauphins choisit sa fille, Marie Leckzinska …. Je vérifie l’orthographe de Leckzinska…..ah non, on me signale que ça s’écrit Leszczinka. Un peu étrange le Loulou, il se choisit une meuf pas hyper prestigieuse, pas hyper belle non plus (mais peut être a-t-il été trompé par des portraits enjolivés comme c’était courant à l’époque ?) ; bref pas hype pour un roi de France. Qu’à cela ne tienne, on met en branle un grand jeu de Monopoly à l’échelle de l’Europe. François III de Lorraine, qui va se marier avec l’impératrice d’Autriche Marie-Thérèse (future maman de Marie-Antoinette) est contraint de céder le duché de Lorraine (ben oui les Français sont pas ravis ravis de voir les Autrichiens s’approcher aussi près de leur territoire). En échange, car c’est donnant donnant, il devient Grand duc de Toscane car la famille régnante des Médicis vient de s’éteindre. Et le duché de Lorraine, sans qu’on lui ait demandé quoi que ce soit, est donné en viager à Stanislas. Parce qu’un beau père sans terre ça le fait pas, sont un peu psychorigides à l’époque.

Le Lorrain est grognon et a du mal à accepter l’arrivée de ce duc qu’on lui a imposé et c’est là que Stan’, bon vivant (c'est pour lui qu'on a créé le baba au rhum et la madeleine) et homme des Lumières fait des miracles et adopte une figure très paternalisante. Facile, c’est le gouverneur français qui se tapait toutes les tâches ingrates genre collecter les impôts. Tout le côté strass et paillettes était pour le* Stan' : charité, hygiène, beaux-arts, architecture... Parmi ses réalisations : la place Royale, trait d’union entre la vieille ville et la ville nouvelle, aux proportions harmonieuses, à l’architecture élégante, aux somptueuses ferronneries dorées de Jean Lamour…. Bon je m’emballe, je m’emballe mais on en voit le bout, ne décrochez pas ! Destinée au départ à préparer les Lorrains à leur futur rattachement à la France –elle était ornée d’une statue de Louis XV- elle rappelle désormais le passé glorieux de la Lorraine (au milieu de la place, une statue de Stan offerte par, je cite, la Lorraine reconnaissante, fin de citation) qui a un peu été écorné par les guerres du XXe siècle et l’arrêt de l’exploitation minière.

 

medium_place_20stanislas.jpgEt last but not least, depuis que  la place a été entièrement rendue aux piétons, c’est le spot où aller boire un verre en terrasse et se pavaner dans la douceur d’une nuit d’été lorraine. C’est ce que j’ai fait hier soir et c’était trop bien !

*En Lorraine, on est un peu plouc parfois et quand on parle de quelqu'un on dit le machin ou la machine. Exemple : quand je parle de ma copine lorraine Aurélie, je dis "la Aurélie" mais çe ne marche que pour les gens de la Lorraine, je dirais jamais en parlant de quelqu'un de Paris "le truc", ça se fait pas! Bon en vrai j'ai pas de copine Aurélie, c'était juste un exemple avec un prénom en A, ça fait encore plus moche!