Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 20 novembre 2006

Loose attitude...

Que je vous explique ce qui me met dans l'état cité dans le titre de la note.

Depuis le 9 novembre, 5 régions sur 8 ont eu le résultat de leurs oraux mais pas la miennneeeeuuuuuhhhhhhh.

Je passe donc mes journées à rafraîchir la pages des résultats du CNFPT, je tremble de voir ma région apparaître car malgré mon sentiment positif par rapport à l'oral, rien n'est joué, puis j'enrage en voyant que rien n'a bougé depuis les 5 dernières minutes, je me fais violence pour ne plus regarder, je tiens 10 minutes et je replonge... C'est un cercle vicieux nerveusement usant... Heureusement que je peux récupérer les soirs et les week end car il n'y a aucune chance que des résultats tombent, on parle de la fonction pulbique là quand même!

Donc, tant que ces fichus scrogneugneu de p****n résultats seront en suspens, je ne serais que l'ombre -grognonne- de moi-même. Avis à la population!

dimanche, 29 octobre 2006

Flânerie dominicale

Je voulais aller voir l'exposition Yves Klein au centre Pompidou cet après midi mais y avait une queue de trente six kilomètres de long au bas mot. La provinciale dans l'âme que je suis refuse de perdre deux heures à poireauter et reviendra une autre fois munie d'un billet coupe-file. Ca tombe bien, il fait un temps plutôt agréable alors, après un délicieux chocolat au gingembre et à la cardomone à l'Imprevu Café rue Quimcampoix, on décide de se balader là où nos pieds décideront d'aller. Et bien, ces petits petons ont le nez fin, ils nous ont menés dans une somptueuse boutique de déco : Luka Luna, 77 rue de la Verrerie.

Je ne connais pas tous les créateurs en vente dans cet antre de la tentation où fourmillent lampes et vases design, bijoux chics et originaux, coussins aux imprimés audacieux. Mais j'ai repéré les objets de l'Atelier LZC ainsi que des stickers Fleurs de Kookize  et craqué pour un délicat cahier où noter toutes mes envies, ce ne sera que le nième cahier de ma collec!

Bref pas d'expos mais une bien jolie boutique et une bonne balade dans une douceur surréaliste.
Vite, vite, il fait nuit, il doit être tard rentrons nous pelotoner à la maison. Ah ben nan en fait, il n'est que 18h, saleté d'heure d'hiver... 

samedi, 28 octobre 2006

Vacances

medium_72095949.jpg

 Une petite semaine de vacances bien méritées pour une quiche en plein divorce avec son taf'.

Au programme : 

Profiter de Paris avec mon amoureux en goguette dans le coin pour quelques jours

  • Shopping : deux objectifs, une robe pour un mariage en décembre, des bottes noires vintage
  • Aller au restau, à des expos, à des concerts, au théâtre
  • Et aussi, voire en priorité, coocooner!

Et aussi, un petit retour aux sources dans ma Lorraine natale parce que se faire chouchouter par papamaman qu'est ce que c'est bon!

 

dimanche, 22 octobre 2006

Quel chemin!

medium_gothique.jpgEn me baladant rue de la Roquette samedi, j'ai été interpellée par l'allure d'une ado au visage particluièrement ingrat : cheveux graisseux laissés à la dérive servant de paravent à un visage luisant et à un nez boutonneux, serre-tête à oreilles de cochon (je me demande bien où on peut trouver ce genre de choses), look gothique mal maîtrisé. En voyant cette malheureuse jeune fille aux prises avec des changements physiques qui la dépassaient visiblement, j'ai béni les 10 (ouch, dans tes dents) années qui séparent la radieuse jeune femme que je suis de mon adolescence hasardeuse. Parce que oui je ne mâche pas mes mots pour parler de cette ado mais c'est que je suis passée par là et que je m'en sens sortie depuis ... hum...pas si longtemps que ça, bref.
Par moments, je regrette l'insouciance de mes années lycée. Mais quand je regarde tout ce chemin parcouru... pour rien au monde, je ne retournerai en arrière. Je m'accepte telle que je suis et ne me déguise plus avec d'atroces oripeaux (j'étais plutôt du genre oversized et Kiloshop, là où on vendait de la fripe pas du meilleur goût au kilo), je sais ce qui va et ne me va pas, l'accepte et fais avec. Je ne cherche plus de modèles parmi les femmes parfaites des magazines. Et quand je parlais de jeune femme radieuse, c'était même pas au second degré : certains jours*, je me trouve tout simplement rayonnante et c'est telllllllement bon! Alors ado gothique aux oreilles de cochons : ne t'inquiète pas le meilleur est à venir!

*pas tous quand même : y a aussi le jour où j'ai le poil de la tête pas soyeux, un bouton qui pointe sur le bout de mon nez, et une sensation de kilo en trop!!

lundi, 18 septembre 2006

V(i)ol

medium_empreinte.jpgVendredi soir, j’ai eu une soirée extrêmement désagréable. Petit verre avec des amies avant de me mettre à mon boulot de révision. Retour chez moi vers 22h20. Tiens la porte n’a qu’un verrou de fermé... Tiens c’est le bordel partout, merde Zaz aurait pu ranger avant de sortir… Putain, la fenêtre ouverte, elle est vraiment inconsciente cette Zaz…. Putain de chiotte de merde de bordel mon ordinateur a disparu….

Ben en fait aucun rapport avec Zaz, on s’est juste fait cambrioler. Appels à la police, relevé des empreintes, dépôt de plainte... Butin de la soirée pour ces connards : deux ordinateurs portables et un appareil photo numérique dernier cri, le mien en évidence sur la table basse, trop vieux ne les a pas intéressé. Bilan des courses pour nous : un gros traumatisme psychologique, on sursaute au moindre bruit inhabituel et on paranoïse à fond.

Un coup bien préparé : visite de repérage il y a 10 jours au milieu de la nuit, attente du moment propice où les 4 apparts de la cour sont vides et où ma voisine et moi avons laissé nos volets ouverts. Tout ça n’a duré que l’espace de 10 minutes mais maintenant je ne me sentirais plus aussi bien chez moi et dieu sait que j’aime mon home sweet home. Mais un endroit où des individus sont rentrés, ont ouvert placards, tiroirs, boîte à sous vêtements ben c’est plus vraiment un sweet home. Tout ce qu’on raconte sur l’impression de viol de l’intimité, d’insécurité, etc. c’est pas du pipeau, on est en plein dedans et c’est vraiment pas agréable : il doit être facile de sombrer dans la névrose. Heureusement, avec Zaz, on se soutient mutuellement, je n’aurais pas aimé être seule en ce moment…

Vous comprendrez donc que je laisse ce blog en friche pendant quelques temps, le temps de faire changer mes fenêtres et de récupérer l’argent de l’assurance. Ca va être dur : plus de Michael Scofield, plus de blog, plus de musique de daube pour se mettre la pêche… Mais par contre plein de temps pour réviser mon oral ! Remarquez cette positive atittude de ouf !

A bientôt j’espère.

jeudi, 07 septembre 2006

Pique Nique

medium_champ.jpgOr donc, hier c'était pique nique sur la pointe de l'Île de la Cité face au pont des Arts pour célébrer le jour heureux de ma naissance. Ben quoi? Vous me trouvez un tantinet mégalomanique? Mais si moi j'écris pas ça ma bonne dame, mon bon monsieur, rayez la mention inutile, qui le fera à ma place? Je prends les devants. Jour heureux de ma naissance donc!
Tous ne se connaissaient pas, certains se retrouvaient, se redécouvraient mais en tous cas les conversations et les rires allaient bon train et je vous remercie tous de m'avoir fait passé ce chouette moment dans ce coin de Paris qui est vraiment enchanteur.

Et même que, en tant que reine de la soirée, n'ayons pas peur des mots, nos voisines de pique nique m'ont offert du champ' et comme on est des bien polis, on a partagé avec elles un somptueux gâteau au chocolat... Ambiance à la coule qui m'a réconciliée, pour un temps, avec Paris.
Note pour plus tard : le champ' c'est bon, je devrais en acheter plus souvent au lieu de réserver ça aux grande occasions.

jeudi, 31 août 2006

Céphalée rampante


J'ai la tête dans un étau donc pas de billet aujourd'hui, j'en suis bien incapable...

 

 

medium_Cephalee.jpg

 

lundi, 24 juillet 2006

Chicha

medium_DelacroixFemmesalgerB.jpgCe soir c'est chicha! Petit rituel avec Isma qu'on avait abandonné quelques temps pour cause de considération ayant trait à la santé  mais j'aime trop ça pour arrêter! C'est quoi le ça que j'aime tant?

  • L'endroit où on va : un rade tenu par un Irakien dédié à Oum Kalsoum, une des plus grandes chanteuses arabes, les serveurs y sont très accueillants et Oum Kalsoum toujours en bande son. Faut quand même pas avoir les yeux regardants sur l'hygiène! Mais contrairement à la majeure partie des cafés à chicha qui ont fleuri ces derniers temps, je trouve que celui-ci a une âme, un p'tit quelque chose en plus.
  • Le dépaysement : en règle générale, on est les seuls à parler français! Et j'aime beaucoup entendre parler l'arabe que j'essaierais d'apprendre un jour avec la langue des signes, l'Espagnol, le Portugais...
  • Le geste de la chicha : je me sens transportée dans ce tableau de Delacroix, Les femmes d'Alger (à voir au Louvre, si je ne m'abuse). Je suis sûre que j'aurais adoré vivre dans le harem d'un sultan habillée de voiles, à bouloter des loukoums toute la sainte journée!
  • Le son de la chicha : ce glouglouglouglouglou de la fumée qui passe dans l'eau est tellement apaisant.
  • Les souvenirs : me reviennent en tête des soirées entières passées sur une place de Houmt Souk, à Djerba, sous les bougainvillées, dans le semblant de fraîcheur de la nuit, lors de vacances  féeriques.....

Et c'est pour tout ça que j'ai décidé de ne pas me gâcher ce moment de plaisir parce que quelqu'un m'a dit (que tu m'aimais encore...) que la chicha était toxique. Quand on voit le nuage de pollution qui flotte sur Paris , on se dit qu'après tout...

Pour y aller c'est la café Oum Kalsoum, square Vermenouze (une rue perpendiculaire à la rue Mouffetard dans le 5ème). 

 

 

jeudi, 20 juillet 2006

Syndrome femoro patellaire

medium_squelette.jpgDepuis quelques temps, je souffre du genou, enfin, pour être exacte, des deux genoux. Ça dure depuis l’été dernier mais je me suis seulement décidée à aller consulter il y a quelques jours. Après une recherche infructueuse d’un médecin conventionné en secteur 1 pouvant me donner un rendez- vous rapidement, ben oui rapidement, quand je passe à l’acte au niveau médecine faut que ça aille vite ! Cette recherche s’étant révélée vaine donc, j’ai pris rendez-vous au pifomètre chez un médecin qui s’est avéré être plutôt orienté médecine douce. Soit, lui dis-je, déjà convaincue que l’allopathie ne peut pas grand-chose pour mon mal, faites- ce que vous voulez avec mes genoux, docteur, mais juste mes genoux, hein !

Alors j’ai testé tout un tas de trucs étranges : j’ai eu les genoux lardés de petites aiguilles, ça c’est plutôt normal mais ils ont aussi été magnétisés et laserisés pour tenter de rétablir l’équilibre perdu. J’étais pleine de bonne volonté mais las, rien n’y a fait, je souffre toujours le martyre. Ok, j’en rajoute un peu, en fait c’est plus le côté latent de cette douleur qui use : imaginez-vous que même allongée j’ai mal ! Après avoir constaté l’échec de ses tentatives de sauvage de genoux quichiens, mon brave docteur m’annonce un peu dépité : « bon ben ça doit être un syndrome femoro patellaire, je vois que ça ». Euh, un quoi ? un syndrome femoro (le fémur) patellaire (pour la rotule). Alors j’ai cherché sur le net et voilà ce que j’ai trouvé :

 

Il s’agit d’une inflammation non seulement du cartilage de la rotule lors de son passage sur le fémur, mais aussi des éléments stabilisateurs de cette même rotule ; tendons quadricipital, ailerons rotuliens et tendon rotulien. Si le passage de la rotule lors des mouvements de flexion extension de la rotule ne se déroule pas de manière satisfaisante, il va en résulter un déséquilibre qui va d’abord entraîner des douleurs puis éventuellement des dégâts cartilagineux.

Les douleurs prédominent en avant du genou, gênent dans les escaliers, sur terrain inégal, à la station debout ou assise prolongée. Les 2 genoux sont en général touchés en même temps. Parfois, un épanchement et/ou des craquements peuvent survenir. Il n’y a pas d’instabilité, par contre une appréhension peut parfois être ressentie. Voilà pourquoi j’ai mal tout le temps et pourquoi, après avoir grimpé vaillamment les 700 marches pour aller au 2e étage de la Tour Eiffel, je suis dans un état proche de l’Ohio…

 Le problème est très fréquent et concerne particulièrement les adolescents et les adultes jeunes pour lesquels le pronostic est bon sans traitement chirurgical : la plupart du temps il s’agit d’un déséquilibre entre la musculature antérieure et postérieure de la cuisse. Ce genre de problème survient principalement lors de la croissance. Le fémur en grandissant entraîne dans sa croissance les muscles qui ne vont pas réagir de la même manière. Progressivement peuvent s’installer des rétractions ou un déséquilibre de force en les muscles antérieurs « quadriceps » et les muscles postérieurs « Ischio jambier ». La rotule, petite pièce osseuse mobile va subir de plein fouet ce déséquilibre à l’origine de douleurs quelquefois très importantes. Par contre, je ne comprends pas d’où vient le problème : je ne suis musclée ni de l’antérieur ni du postérieur de la cuisse…Encore un mystère que la médecine ne saura résoudre…Et donc, ça se soigne, je me voyais déjà traîner cette douleur toute ma vie. Mais je crois que je peux dire adieu aux vacances sans douleur : difficile de caser 15 séances de kiné d’ici le 30 juillet. Ça m’apprendra à m’occuper des choses quand il en est temps !
J’ai bien conscience de l’intérêt énorme que présente pour toi, lecteur, cette note à teneur médicale mais c’est mon blog alors j’y mets tout qu’est ce que je veux, na !

 

mercredi, 12 juillet 2006

Feu d'artifice

medium_feu_d_artifice.jpgDemain est un grand jour pour moi car commencent les feux d'artifice du 14 juillet et la quiche adoooooore les feux d'artifice ou feux d'artifesse dans le Milieu... car mouaaaa, j'ai une soeur qui est dans le Milieu, D'ailleurs demain soir elle tire le feu d'Amnéville en Moselle et moi Je vais y aller pour applaudir le feu de ma soeur et unique ; moi -même j'ai eu l'occasion de préparer un feu mais c'est pas un bon souvenir => un tiers du feu n'est pas parti, oups! et j'ai aussi dans une vie très antérieure enregistré des bandes sonores pour les feux : vous savez la quiche qui débite une hsitoire bidon en essayant d'avoir l'intonation entraînante, ben c'était moi!.

 

Bref, les feux d'artifice ça me met en joie. Je retombe en enfance, j'ouvre grand mes yeux ébahis devant le spectacle créé par les bombes colorées qui éclatent dans le ciel, je tressaille à chaque explosion avec un petit frisson, pas de peur, hein j'ai passé l'âge tout de même, j'applaudis à men éclater les paumes...  Tout ça a un côté tellement magique : comment de la simple poudre qui sert quand même au départ à tuer des gens peut devenir un spectacle aussi somptueux? Comment cette même poudre devient palmier, araignée, cascade, feux de Bengale...?

 

Ma meilleur expérience de feu, c'était l'été dernier à Montréal. Tous les ans, au bord du Saint-Laurent, se déroule une compétition de feux d'artifice, oui oui, une compétition de feux! En gros, chaque pays participant choisi un artificier qui fait un show d'une demi-heure. L'idée c'est d'en mettre plein la vue et c'est extraordinaire : la demi heure passe comme dans un rêve. Des produits de haute qualité, des couleurs superbes, en général un choix de musique judicieux et un gros travail fait pour l'adéquation avec cette même musique. Tous les mercredi et tous les samedi de juillet, j'étais sur le pont Jacques Cartier,ne sentant qu'à peine les moustiques me vider de mon sang..... Des grands moments

 

Certes le feu d'Amné (pour faire djeun's) sera moins luxueux, moins tout fou mais la magie opère quasiment à chaque fois et je sais que je vais y passer un bon moment... Paraît même qu'il y a une surprise... Vais-je supporter ce suspense jusqu'à demain soir?!

Edit du 14.07 : bon ben la surprise... c'était pas terrible, un pôv laser vert, des projections lumineuses sur la tribune du stade... c'aurait été beaucoup mieux sans!!!

lundi, 26 juin 2006

Questions existentielles sur le couple...

Mon petit appartement donne sur un endroit charmant, une petite cour avec des bambous qui poussent et apportent une agréable touche de verdure, un peu le pied en somme. Mais il y quelques jours, les voisins ont coupé les dit bambous et depuis tout va à veau l’eau*. Peut être ces bambous avaient-ils un effet calmant sur le couple qui vit en bas ? Là on, enfin ils sont au bord de la rupture ; j’ai droit à toutes leurs scènes de ménage, je pourrais fermer les fenêtres et monter le son de la musique mais je cède régulièrement à la tentation. Vous le faites jamais, vous, se faire tout pitit pour entendre ce qui se passe à côté ?

 

Et bien là je le fais parce que les disputes dans un couple c’est un truc que je ne connais pas et là ils vont particulièrement loin à se hurler des tagueule, à se promettre des baffes si ça continue… Je crois qu’ils vont effectivement se séparer, promis je vous tiens au courant. Revenons-en à la dispute, c’est un truc que je ne sais pas faire, toujours peur que ça aille trop loin et que soient dites des choses irréparables, peur que l’autre saute sur l’occasion pour prendre la tangente (oui oui, je souffre d’un léger problème d’estime de moi mais on s’améliore !), et comment renouer les liens après une dispute ? Et puis aussi je crois que fondamentalement, je me refuse à cette violence verbale convaincue qu’il y d’autres moyens de régler les choses. Ma solution à moi que j’ai trouvé toute seule comme une grande, quand quelque chose ne va pas, et ben je boude, c’est ‘achement mieux comme solution.

 

Et vous, dispute, pas dispute, escalade verbale, rabibochage sur l’oreiller, comment ça se passe ?

 

 

*j’aurais dit comme ça spontanément « tout part en couilles » mais je me suis souvenue que ma mère lisait ce blog ! D’ailleurs, ça doit bien être la première fois que j’emploie cette expression châtiée en remplacement et ça me semble moyennement bien orthographié, menfin…

 

edit du 1er jullet : il me semblait qu'il y avait eu rabibochage mais tandis que je tentais de faire une petite sieste, nouveau drame dans la cour car Monsieur délaisse Madame ce soir pour aller voir le matche avec des amis, Madame, qui doit être en dépression post accouchement en pleure de rage.... et moi je n'arrive pas à faire ma sieste!

mardi, 20 juin 2006

Première rencontre

Or donc ce week end s’est déroulé une rencontre au sommet : les Parents Fiers de l’Etre ont quitté pour quelques jours leur froide contrée lilloise au profit de la riante non moins triste campagne lorraine et ils avaient dans leurs bagages, enfin c’est juste façon de parler parce que s’ils le mettent dans le coffre j’appelle les services sociaux, donc ils avaient leur petite merveille de trois semaines, j’ai nommé Bébé Clément. Conséquence logique de cette arrivée : ruée de cadeaux et de copines surexcitées à l’ex domicile de Maman Fière de l’Etre, l’ex-domicile en question ayant un lourd passif : c’était notre lieu de fêtes clandestines quand nous étions ados... Entre la copine inquiète de mal s’occuper de cette chose mystérieuse qu’est un bébé, le papa fier comme Artaban, la copine complètement abasourdie par la confiance de ce petit ange qui dort comme un bienheureux dans des bras inconnus (c’était moi, l’inconnue), etc. même pas pu prendre une photo de la petite famille au complet mais voici quand même une photo du premier de la nouvelle génération de ma gang de copines historiques, c’est pas beau ça ?

medium_IMGP0024.jpg

 

J’ai aussi réalisé que j’étais pas du tout mais alors pas du tout du tout prête pour ça, trop de choses à régler dans ma tête pour me lancer dans une telle aventure. Et pis, y a comme un souci matériel : j’ai pas de papa potentiel, hi hi !

PS : Cette note a été entièrement écrite depuis mon nouveau Mac Book qu’est une vraie merveille même s’il est hyper exigeant sur la qualité des CD que je lui donne à manger – c’est vrai sur un Mac t’as l’impression de nourrir l’ordi par une bouche quand tu rentres un CD, c’est drôle. Tout ça pour dire que m’est avis que dès que la quiche aura le Net à portée de Wifi elle va devenir complètement addict!!!

mercredi, 14 juin 2006

Nous allons prendre votre appel, merci de patienter quelques instants…

Cette petite phrase anodine a failli me rendre folle.
Après l’avoir entendu presque 70 fois –ben oui toutes les 22 secondes pendant 23 minutes- j’étais dans un état proche de l’Ohio, la larme prête à couler. « Mais qu’est ce que ce c’est que ce monde où tu poireautes 23 minutes sur un serveur vocal sans à aucun moment avoir la possibilité de parler à quelqu’un » me disais-je. Le pire c’est que ça aurait pu durer plus longtemps : passé un certain temps, impossible de raccrocher. T’as attendu 23 minutes, tu vas pas gâcher ce temps perdu et recommencer plus tard pour un résultat sans doute identique. Alors tu t’accroches, tu te désespères sur l’évolution de la société mais t’essaies quand même de rester calme histoire de pas faire payer au pauvre téléopérateur toute cette frustration. Sauf que ce jour-là, au bout de 23 minutes, t’as vraiment pas de chance : le téléopérateur a décroché, dit au revoir et raccroché. Erreur de manipulation ou manifestation de sadisme téléphonique ? Le résultat a été le même : les larmes de rage et d’impuissance ont coulé, 18 euros de hors forfait pour cette seule communication, et toujours pas de téléphone fixe.

Edit quelques heures plus tard: après réclamation auprès de France Télécom, il s'agissait d'un numéro gratuit depuis un fixe, oups! mérite bien d'être appellée la quiche lorraine moi...

mercredi, 07 juin 2006

Voilà l'été, voilà l'été!

Du soleil et encore du soleil, chez moi ça donne ça:

Et puis ça aussi:

J'ai donc enfin ressorti les accessoires indispensables de l’été car le soleil a pointé le bout de son nez sur Paname. Alors aujourd’hui, lunettes de stars et tong pour faire dorer mes petons. Me suis d’ailleurs rendu compte en prenant cette photo que mes doigts de pied ressemblent aux saucissons que j’ai acheté dans le Cantal.

C’est pas grave, mon seul vrai complexe c’est ma peau : difficile d’assumer l’acné juvénile passé 25 ans !!

 

 

 

J’ai aussi acheté mon premier melon, The fruit symbole de l’été. Ben j’aurais mieux fait de pas l’acheter chez Ed parce qu’il était un peu trop croquant pour un melon, de quoi faire passer mes envies précoces de melon pas cher ! Me ferais plus attraper par les melons espagnols et autres tomates du Maroc et vais me contenter des produits de saison sur les marchés.

 

Mais tout ça n’est pas bien grave car le soleil est là et ça y a rien de tel pour donner un coup de fouet au moral : malgré mon mal de genoux chronique, je suis allé au Bon Marché à vélo pour profiter de cette superbe journée et me faire plaisir mal en flanant dans le rayon fringues.

Et chez vous, il fait quel temps ?

samedi, 03 juin 2006

Week end au vert

Wouah, je vais passer trois jours au fin fond de la France profonde et j’en suis ravie : réunion presque de famille dans le Cantal, bouffe, alcool, verdure (à voir, pas à fumer bande de ouf, je vous ai dit que me mère lisait ce blog)), vaches, grands espaces. Bon, je parierai pas sur un beau week end mais sait-on jamais, je vais me laisser aller à un optimisme débridé et partir avec des tongs. Récit du week end mardi ou mercredi.

dimanche, 28 mai 2006

Déjà du vrac et une grande nouvelle

A peine ce blog ouvert, déjà je manque d'assiduité, ça commence bien! Mais les idées ne manquent pas!

Je pensais parler du délicieux climat qui règne en Lorraine ce week end. Arrivée jeudi, début d'après midi en gare de Metz, je lève les yeux et je vois ce ciel sinistre! Les seuls commerces ouverts sont les fleuristes. L'espace d'un instant je me suis demandé si pendant que je dormais du sommeil du juste dans le train, nous avions fait un saut dans l'espace temps: fleurs + temps de m**** = Toussaint. Mais depuis, le temps s'est amélioré même si franchement être fin mai et devoir porter autre chose que des tongs; ça me déprime!

Et puis j'ai aussi passé une intéressante soirée avec des agri manager. L'agri manager est une espèce en voie de disparition: le paysan fier de l'être mais j'ai la chance d'en compter plusieurs dans la famille et l'un d'eux m'a gentimment sortie avec ses amis agri manager dans un haut lieu de la night lorraine: le borsalino à Verdun, oui oui j'ai passé une soirée dans une boîte à Verdun, ses dragées, ses champs de bataille, toussa toussa. Ben c'était sympa même si les discussion sur les mérites comparés des 2620 ou des Renault ça me parle pas trop, je me suis surprise à passer un bon moment.

Mais la grande nouvelle qui éclipse tous ces sujets merveilleux c'est que ma copine mariée fière de l'être vient d'accoucher d'un petit Clément, 49 cm, 3.3 kg (si j'ai tout bien retenu, pas très fraîche au moment où j'ai appris la nouvelle!). Alors félicitations aux mariés fiers de l'être qui deviennent donc des parents fiers de l'être! Et ben moi ça me rend toute contente l'arrivée de ce petit gars, dès que ma trépidante vie parisienne me laisse du répit, je file à Lille pour gagater! et vous montrer sa p'tite bouille ici.