Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 10 mars 2007

Odette Toulemonde

medium_odette.jpgJ'aime Catherine Frot, j'aime Albert Dupontel, j'ai aimé le seul et unique livre de Eric Emmanuel Schmitt que j'ai lu jusqu'à présent. Tout semblait donc réuni pour passer un bon moment. Et pourtant...
Ca fait déjà quelques jours que je suis allée le voir et je n'arrive toujours pas à déterminer si j'ai aimé ou pas. Certes, l'univers décrit est touchant, coloré, stylisé, trop plein de bons sentiments : tout ça se regarde avec beaucoup trop de facilité. Mais c'est tellement cliché, cette rencontre de deux êtres que tout oppose et que l'amour réunira. Et cette description des "petites gens" qui malgré leur manque d'éducation, d'argent, de subtilité, ..., comprennent mieux la recette du bonheur que les autres, ben je crois qu'en fait j'ai trouvé ça à gerber! Ben voilà de l'écrire, j'ai trouvé : j'ai pas aimé Odette Toulemonde...

Commentaires

...Ben moi non plus!
Pourtant j'aime aussi énormément Catherine Frot et Albert Dupontel. J'attendais ce film avec impatience et finalement j'ai trouvé ça plutôt (voire franchement) mauvais, bons acteurs mais l'ensemble est superficiel et surtout dégouline de bons sentiments à s'y noyer.

Écrit par : daenaria | dimanche, 11 mars 2007

J'avais déjà trouvé le livre très moyen, ça m'a vacciné et je ne suis pas allée voir le film.
Si tu as envie de lire autre chose d'E. E. Schmidt, je te conseille "Monsieur Ibrahim ou les fleurs du Coran" ou "Oscar et la dame rose". Je pense que tu devrais passer un bon moment.
Seule condition, prépare quelques kleenex, montée d'émotions garanties.

Écrit par : vanessa(eliabar) | dimanche, 11 mars 2007

@daenaria : bon, je ne suis pas la seule, ça me rassure!
@vanessa : j'ai bien l'intention de poursuivre ma découverte de EES, j'ai lu l'évangile selon Pilate et ça m'a beaucoup impressionnée! merci pour tes pistes!

Écrit par : la quiche | lundi, 12 mars 2007

Les commentaires sont fermés.