Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 28 février 2007

Les jours rallongent...

Se lever alors que le soleil pointe le bout de son nez au dessus des toits... On tient le bon bout!

medium_reveilsoleil.JPG

 

mardi, 27 février 2007

Un grand merci...

... à Bénédicte Jarry dont le mémoire d'étude pour le diplôme de conservateur des bibilothèque intégralement disponible sur le web va sauver mon entretien de vendredi! Bénédicte, je t'aime. Si ça marche, je t'envoie des fleurs!

*Oui, oui mes notes sont de plus en plus courtes, mais ce soir, j'ai une excuse, je potassais le dit mémoire! 

lundi, 26 février 2007

Du comique de répétition

Il y a quelques jours, j'ai posté une lettre contenant une pochette fabrication maison. Jusqu'ici tout va bien. Sauf que, j'avais oublié de timbrer mon enveloppe. Je pensais qu'elle passerait aux oubliettes ma petite pochette ; et bien je me trompais lourdement sur les compétences de la Poste puisque la lettre est arrivée à bon port. Ouf!

Pas plus tard qu'il y a 5 minutes, j'ai posté une nouvelle pochette. Vous voyez le truc venir? Ben oui, j'ai encore oublié de timbrer mon envoi. Je ne crois pas à l'étourderie : mon ancêtre le radinosaure a sans doute flairé le bon filon et a pris possession de mon cerveau pendant les quelques secondes fatidiques où la lettre a passé le seuil de la boîte. Là, c'est quand même tenter le diable. J'irais donc brûler un cierge à Notre-Dame pour que Minisushi reçoive malgré tout son dû! 

dimanche, 25 février 2007

Peintres de la lumière

medium_sargent.2.jpgLe Petit Palais présente actuellement deux peintres de la belle époque un peu oubliés du grand public : John Singer Sargent, dandy cosmopolite et Joaquin Sorolla, peintre social espagnol. L'idée :  faire un parallèle entre les deux artistes fondé sur leur thématique commune du portrait et du paysage. Sauf que dans les faits les oeuvres des deux artistes sont juxtaposées sans qu'un vrai dialogue ne se crée ; hormis dans la dernière salle, ce qui arrive un peu tard, vous en conviendrez. J'avoue que j'y allais plus particulièrement pour Sargent que j'ai découvert d'abord à Londres puis au Metropolitan*. Ce que j'aime chez lui, ce sont ses portrais de femme dans de somptueuses robes aux tissus chatoyants dans des poses alanguies : ça fait rêver la petite fille qui sommeille pas très loin en moi (entre la mamie, la petite fille, la jeune femme, ça commence à faire beaucoup de monde là-dedans). Et bien, la petite fille elle a été déçue car, à part le portrait de lady Agnès utilisé pour l'affiche de l'expo, point de portrait d'apparat. Certes, on découvre d'autres aspects de l'oeuvre de Sargent tels que ses grands décors pour le Public Library de Boston ou ses paysages. Mouaif, pas emballée par tout ça, je suis! 

*Oui, oui, parfaitement, je suis bien en train de me la pèter : ça sert à quoi d'être allée à New York si on ne peut pas même pas crâner sur son blog?? 

Les infos pratiques? Par là!

 

 

samedi, 24 février 2007

Le fou du roi

Vous avez déjà assisté à l'enregitrement d'une émission radio, vous? Je trouve ça assez marrant de voir l'envers du décor. C'est comme ça que l'on découvre que la petite musique qui rythme le temps  de réponse des candidats au jeu des 1000 euros, c'est en fait l'assistant de Louis Bozon qui avec la rigueur d'un métronome égèene les secondes en frappant sur un xylophone. Louis Bozon, il se promène partout en régions, je l'ai vu à Cahors c'est dire! Mais à Paris, il y a la maison de la radio dans le 16è où sont enregsitrées la plupart des émissions de Radio France. En particulier, on peut se pointer du lundi au vendredi pour assister à l'enregistrement du Fou du roi. Conseil : pas la peine de venir une heure avant comme indiqué sur le site ; ça c'est bon pour les p"tits vieux qui assistent à tous les enregistrements et qui veulent à tout prix s'assoir au premier rang pour ne rien rater du spectacle. Parce que c'est effectivement un vrai spectacle. Le ballet des chroniqueurs, des invités, des musiciens, et tout ce qu'on rate derrière son poste : les gestes enflammés des chroniqueurs, la gentillesse du présentateur et de toutes les personnes sur le plateau qui ne rechignent pas à signer les autographes demandés par les dits p'tits vieux.... Cétait une expérience vraiment amusante!

jeudi, 22 février 2007

La Môme

medium_mome590.jpgCette chronique ciné est en friche depuis un moment car je vais peu au ciné depuis quelques mois (10 euros la place, j'ai un peu du mal à raquer, je ne veux pas de la carte UGC illimitée et pas de MK2 ou de Gaumont près de chez moi pour leur carte illimitée à eux, bref je vais peu au ciné). Du coup, quand je prends le chemin d'une salle, je ne tolère pas de voir un film moyen et en général, j'arrive à mes fins. Aujourd'hui, j'avais donc choisi "la Môme" qui retrace de manière impressionniste, par petits épisodes chronologiquement en désordre, la vie d'Edith Piaf et bien c'était un très bon choix : des larmes, de la misère, des paillettes, de la drogue, de l'amour, des règlements de compte... j'en ai pris plein les mirettes.
Je savais qu'elle avait eu une vie pas drôle mais je ne m'imaginais pas une misère aussi crasse et une telle succession de sommets publics et de creux de la vague intimes. Et surtout, ce qui m'a bouleversée, c'est de voir ce p'tit bout de femme rogner sa vie par les 2 bouts dans la drogue et l'alccol pour terminer grabataire à même pas 50 ans. C'est une de mes grandes interrogations pseudo-existentielles, ça : se préserver pour vivre le plus longtemps possible en faisant bien attention à ne rien faire de dangereux ou au contraire brûler la chandelle par les deux bouts pour ne pas se retrouver vieille mais avec une vie morne. J'essaie de trouver le juste milieu entre ces deux visions de la vie mais je ne suis pas sûre d'y arriver. Mais je m'éloigne du sujet. Une dernière chose sur ce film : Marion Cotillard est réellement impressionnante dans son interprétation, on oublie très vite ses traits pour ne plus voir qu'Edith Piaf.

mercredi, 21 février 2007

Pour m'occuper...

... j'ai fait un p'tit tour au Marché Saint-Pierre, à la mercerie du Bon Marché et à la mercerie à côté de chez moi où je trouve de jolis boutons, y a de la pochette en Liberty dans l'air!

Message personnel : Punky, j'ai posté ta pochette aujourd'hui mais comme je suis une quiche, j'ai oublié de mettre un timbre, tu vas sans doute devoir la chercher à la poste et payer mon oubli, oups!!!

Edit : la pochette est arrivée à destination, comme quoi, parfois la Poste fait son boulot!

 

medium_Liberty.JPG

 

mardi, 20 février 2007

#19

Février en noir et blanc

medium_week_end_de_merde.2.jpg

 

lundi, 19 février 2007

Un accroc dans le régime!

Je suis malade donc. Après un week end de larvage intensif, je me suis traînée au boulot histoire de faire un peu quelque chose de ma carcasse. Mauvaise idée, je suis bien trop faible. Je vais donc chez le médecin en bas du boulot qui me prescrit quelques médicaments pour soigner ma grippe et me met en vacances arrêt-maladie jusqu'à la fin de la semaine.
Retour à la maison, je me précipite sur ma fiole de sirop pour la toux histoire d'éradiquer les chats qui se battent là-dedans. Posologie : 1 cuillère à soupe 3 fois par jour. Ok, je m'enfile la première gorgée. Et là, j'ai manque recracher direc' la substance : B****l, mais c'est sucré ce p****n de truc de m***e. Ca fait maintenant 11 jours que je n'ai avalé que des protéines et des légumes et là, en une demi seconde j'ai avalé 10g de saccharose soit 10g de sucre pur si j'ai bien compris. Trois fois argh. Et mon docteur, voudrait que j'avale ça 3 fois par jours jusqu'à fin de la fiole : NO WAY, doc!

dimanche, 18 février 2007

Le pingouin

medium_lepinguoin.jpgL'histoire se passe dans une Ukraine post-soviétique où tout peut arriver : les zoos se débarassent des animaux dont ils ne peuvent plus s'occuper, les hopitaux soignent les malades avec les médicament qu'ils apportent, les datchas sont minées pour empêcher les cambriolages, d'étranges personnages s'introduisent dans les maisons fermées à clé sans laisser aucune trace...
Victor vit dans cette Ukraine. Il a adopté Micha, pingouin neurasthénique et pour vivre, a accepté de rédiger anonymement pour un grand quotidien de Kiev des notices nécrologiques prémonitoires. Très vite, les choses se compliquent : son patron trempe dans des histoires louches liées aux nécrologies et Victor s'y trouvé mêlé bien malgré lui. Point de départ d'aventures cocasses, loufoques où la tristesse se teinte délicatement de poésie.

J'aime décidemment bien les récits en Ukraine ces temps-ci. Et celui-ci était parfait pour un week end passé dans les vapes.

vendredi, 16 février 2007

Et flûte...

...ben ouais, j'allais pas y couper!

Le canapé déplié, sous la couette, un thé brûlant à côté de ma main droite, un tube de crème de 8 heures de l'autre côté et surtout une boîte de mouchoir à proximité directe... je suis malade. Un bon week end en perspective!

Mais j'ai bravé la maladie pour aller à la poste envoyer le colis de ma georgette, et réucpérer un colis en provenance de Bordeaux. Merci, Marie-Caro! 

jeudi, 15 février 2007

Georgette, final!

medium_georgettefinal.jpg

 

 

Voilà, ça part demain pour ma georgette et je suis un peu stressée, est ce que ça va lui plaire, est ce que mon colis va être agréable à déballer, ai-je été assez généreuse, peur de ne pas avoir été à la hauteur... En tout cas, ça a été sympa d'imaginer un bijoux et de faire un colis pour une inconnue, j'espère que tu seras contente georgette!

 
Edit : le paquet est arrivé chez Maman Fluck et elle a l'air plutôt contente, je suis soulagée et je guette à mon tour le facteur mais pour l'instant c'est le néant, ma Georgette m'aurait-elle oubliée? 

 

mercredi, 14 février 2007

Handicap puissance 2

medium_fauteuil.jpgPetit coup de gueule du soir.

J'ai passé quelques jours  avec des ados en fauteuil électrique. Premier séjour à Paris, pour eux c'est une aventure extraordinaire. Mon boulot, c'est d'organiser leur séjour pour que tout se déroule sans anicroche. J'ai donc contacté tous les endroits où nous nous rendions pour avertir de notre arrivée, fait des visites de repérages pour les cheminements handicap, bref balisé à mort pour que rien ne vienne gâcher leur découverte de Paris.

Mais c'est compter sans les dysfonctionnements de grands musées qu'on additionne à la bêtise des gens pour rendre une balade de santé plus ardue que l'ascension du piton d'Enchaing sur l'ïle de la Réunion (renommé pour l'occas le piton d'En chier). Bref, petit bilan de ces quelques jours :

  • un accés handicap fermé à la Cité des Sciences, impossible de pénétrer dans la bâtiment depuis le parking
  • des agents d'accueil incapables de nous diriger de manière fiable
  • des agents d'accueil au Louvre qui nous ont vertement reproché de monopoliser un ascenceur pour passer d'un étage à l'autre. C'est vrai quoi, c'est tellement simple quand on est en fauteuil de prendre un escalator!
  • une croisière sur la Seine où les enfants ont été placé dans les couloirs du bateau à droite et à gauche parce que personne n'a trouvé ça utile de mettre en place un bateau adapté où ils auraient pu être ensemble avec leur guide. Sympa pour ceux qui ne pouvaient tenir l'audioguide....
Et bien, il y a encore vraiment du boulot pour l'accessibilité de la culture aux personnes handicapées. Et le pire c'est que ces gamins sont habitués à rencontrer ce genre de difficultés et n'y prennent même plus garde.
Vous avez déjà été confronté à ce genre d'expérience? Ce sujet me tient à coeur... 

mardi, 13 février 2007

Une bonne surprise

medium_sachetm.JPGOui oui encore un billet girly, promis je me calme bientôt ou je fais un deuxième blog!

Parce qu'il fallait que je vous le dise ce petit sac à 3 euros de chez l'ami suédois, après une journée d'usage, on peut dire qu'il tient bien la route : la couleur est vraiment jolie (la photo ne lui rend pas justice, je vous rassure), il a une bonne longueur et définitivement un p'tit air brontibayesque. Ok, la matière est cheap mais franchement à ce prix là.... Aussi pour dire qu'il a plein de petits frères qui sont restés rue de Rivoli!

Allez, à demain pour un billet plus consistant. Enfin je l'espère parce qu'entre le georgette swap à terminer, les petites pochettes que je veux faire pour deux bloggueuses pour lesquelles je dois littéralement me battre avec ma machine à coudre que j'ai renommé Cruella depuis hier soir, et ma vie en dehors de tout ça, et bien je rame un peu en ce moment, menfin, quiche power et tout ira bien.

lundi, 12 février 2007

Où il est question de substitution...

Evidemment, si vous avez bien lu le précédent article vous aurez compris que je suis interdite de shopping fringues pendant un bon moment (je table sur 2 mois d'abstinence, arf, ça va être long). Je compte donc bien faire des économies me rattraper sur les chaussures et les sacs.

J'ai trouvé un ersatz de la série Paloma, Rebecca, Barbara (de mon lieu de perdition brontibay) chez H&M dans une jolie couleur bronze pour la modique somme de 3 euros. Certes, ce n'est pas ce somptueux cuir tellement doux mais ma foi, ça fera l'affaire pour l'instant.

medium_chiemihara.jpgEt j'ai repéré quelques paires de chaussures qui me font très très très  très envie.

Chez André, une paire directement inspirée de la créatrice Chie Mihara mais pour grosso modo 120 euros de moins autant dire que je ne résisterais pas longtemps. Voilà l'original (pas trouvé de photos de la nouvelle collection André)

 

 

 

medium_ballerines_etam.jpg

 

Chez Etam et pour la modique somme de 24,90 de délicieuses ballerines (aussi en doré, rouge, noir, gris.... y en a même des rouges à pois blancs avec un p'tit noeud, je ne savais plus où donner de la tête!). Je ne peux pas rendre à César ce qui lui appartient : j'ai vu cette info sur un blog mais impossible de me souvenir lequel...

 

 

 

Edit du lendemain : les ballerines Etam sont impecc', le magasin près de chez moi était dévalisé en coloris argent, je les ai prises en gris. Quant au soulier chez André, en fait, le talon est vachement haut, j'ai pas l'habitude alors je me laisse le temps de la réflexion!

 

 

 

samedi, 10 février 2007

Ma nouvelle amie

medium_IMGP0001.4.JPGUn nouvel objet a fait son apparition dans ma salle de bain : un pèse personne. C'est bien la première fois que je possède un exemplaire de ce qui pourrait passer pour un objet de torture psychologique. Car évidemment si je me suis fendu d'en acheter une c'est que je me lance dans un grand régime. 

Ca fait déjà quelques mois que je me dis qu'il faudrait que je perde les quelques kilo qui m'empêchent d'acheter certaines fringues qui me plaisent. Le déclic est venu d'une petit phrase anodine du kiné que je vais voir pour la rééducation de mon genoux :" un kilog en moins, c'est cinq kilo de pression en moins pour les genoux". Dis, donc, kiné, t'essaie de me faire comprendre qu'il faudrait que je perde du poids ou bien? En tous cas, intentionnelle ou pas, cette petite phrase a fait son bonhomme de chemin dans mon cerveau : j'en ai tellement ras le bol de souffrir de mes genoux que je vais les soulager en maigrissant. A j+2, je toujours aussi motivée ;)

vendredi, 09 février 2007

Le geste qui sauve...

medium_solutionmicellaire.jpeg...une peau de m****!

Faut dire que depuis ma première attaque d'acné précoce vers les 11 ans, j'ai du tester toutes les crèmes anti acnéiques du marché, plus quelques antibiotiques qui repoussaient l'acné le temps du traitement seulement. J'en ai versé des larmes en me regardant d'un peu trop près dans le miroir. Oh, je ne pouvais pas trop me plaindre car je n'étais pas victime de poussées de pustules purulentes bien crades mais quand même mes plaques de micro kystes sur les joues, le nez, le front, je m'en serais bien passé. Je me rassurais en écoutant les voix de la sagesse : "ça passera en grandissant". Las! A 22 ans, rien de nouveau sur le front de l'acné. J'ai donc attaqué en force avec un traitement de cheval -Roaccutane. Et là, miracle : une sensation de douceur que j'avais oubliée depuis le temps, le plaisir de se faire belle (parce que franchement une belle peau c'est un peu la base de tout, quand on n'a pas ça, à quoi ça sert de se décarcasser)... J'ai bien failli crier victoire. Mais force est de constater quelques années après, que mon acné juvénile  est du genre plutôt coriace. Rien de comparable avec avant mais des regrets tout de même.

C'est là qu'intervient le produit miracle acheté alors que je m'ennuyais dans une file d'attente de pharmacie : la solution micellaire Bioderma. Un nettoyage le soir qui remplace avantageusement le démaquillant (et là mes yeux sensibles applaudissent bien fort car cette solution est douce... douce... pour eux), un nettoyage le matin à la place de l'aspersion d'eau brûlante sous la douche (ce qui doit être moyen bon, j'imagine). Et hop, ma peau retrouve le chemin de la beauté.

Et moi, j'ai arrêté de pleurer dans le miroir! Yala!

 

 

jeudi, 08 février 2007

Ma nouvelle écharpe

Dans un mélange tout doux d'alpaga et soie. J'y ai passé un paquet d'heures mais elle est vraiment choupinette avec son petit volant!

medium_IMGP0004.2.JPGmedium_Sans_titre.3.jpg

mercredi, 07 février 2007

J'me la pète... mais pas trop quand même!

Aujourd'hui dans ma boîte aux lettres : j'ai trouvé une photocopie d'un article qui parle de mon blog. En voici la transcription parce que je ne suis pas peu fière qu'on parle de mon blogounet d'amour, certes ce n'est pas une publication à haut potentiel glamour puisque c'est dans l'Est Républicain (un journal de chez moi donc!) mais pour moi qui suis persuadée d'être totalement dénuée d'humour, ça fait du bien à mon égo de lire des choses comme ça. Cependant j'ai relevé quelques imprécisions que je m'en vais corriger pour rétablir la vérité quichienne.

C'est l'histoire d'une nana , que l'on va situer entre 25 et 30 ans -bien vu, mais je donne pas mal d'indices quand même-, qui regrette le ciel gris et le temps de m***** de Metz -je suis plutôt Nancy quand même, tout le monde le sait enfin-, raconte une soirée de rêve avec des amis agri -manager, agri manager bon sang- à Verdun, mais vit le plus souvent à Paris -ha ben oui, sinon ce blog n'aurait pas lieu d'être. Elle dévoile ses films, ses expos, ses livres de poches. "Ici, la quiche lorraine n'est pas une spécialité culinaire, -alors là je m'insurge, je ne mets jamais de virgule après un mais- mais tout simplement moi : un peu quiche sur les bords et bien lorraine".

La "fifille" se raconte en phrases simples et marrantes devant son écran. Les premiers billets de cette étudiante en muséologie -ha non mon bon monsieur, je bosse depuis un an, deux mois et deux jours-, titulaire d'un DESS, datent du printemps 2006. Ses points de vue et ses coups de coeur sont diffusés selon la chronologie de l'auteuse mais également triés par rubriques -ce qui est un peu le principe du blog quand même. Elle donne dans la culture, la biblio, le ciné, le bricolage, les petits plaisirs, voire simplement dans le blabla -le sexe, j'peux pas, ma mère lit ce blog.
Appétissant et drôle! Encore, encore....

lundi, 05 février 2007

J'ai testé : la frange à la maison...

medium_Photo_19.jpget ce n'était pas une bonne idée! 

Samedi, si j'avais été moins flemmasse, je me serais levée pour aller voir mes coiffeurs préférés au Petit théâtre à Nancy (Grand rue, un peu plus loin que les Délices du Palais donc). Fred m'aurait gracieusement, entre deux clients et en attendant ma prochaine vraie coupe, raccourci ma frange qui forme comme un écran entre votre quiche et ce qui l'entoure. Sauf que samedi, dans les bras de mon chéri, c'était impensable d'affronter le monde extérieur. Je me suis donc lovée sous la couette comme une vieille quiche jusqu'à l'heure de partir à Metz retrouver Punky b et Minisushi. Aujourd'hui, logiquement, mon problème de frange est toujours là. Et comme il est hors de question que je confie mes cheveux à quelqu'un d'autre que Fred (ou à la rigueur un de ses collègues), je me suis dit que j'allais appliquer la méthode infaillible pour gérer sa frange à la maison (vu dans je ne sais quel magazine de fille évidemment) : rassembler sa frange en un petit fagot et couper droit. Ouais et ben la journaliste qui a écrit cet article n'a certainement pas testé la chose sur elle. Certes, ma vue est dégagée (et c'est hautement appréciable) mais franchement j'ai une frange de Playmobil.
Encore un acte de procastination qui est puni de manière sévère : attendre le prochain week end à Nancy dans un mois pour arranger ça!