Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 25 février 2007

Peintres de la lumière

medium_sargent.2.jpgLe Petit Palais présente actuellement deux peintres de la belle époque un peu oubliés du grand public : John Singer Sargent, dandy cosmopolite et Joaquin Sorolla, peintre social espagnol. L'idée :  faire un parallèle entre les deux artistes fondé sur leur thématique commune du portrait et du paysage. Sauf que dans les faits les oeuvres des deux artistes sont juxtaposées sans qu'un vrai dialogue ne se crée ; hormis dans la dernière salle, ce qui arrive un peu tard, vous en conviendrez. J'avoue que j'y allais plus particulièrement pour Sargent que j'ai découvert d'abord à Londres puis au Metropolitan*. Ce que j'aime chez lui, ce sont ses portrais de femme dans de somptueuses robes aux tissus chatoyants dans des poses alanguies : ça fait rêver la petite fille qui sommeille pas très loin en moi (entre la mamie, la petite fille, la jeune femme, ça commence à faire beaucoup de monde là-dedans). Et bien, la petite fille elle a été déçue car, à part le portrait de lady Agnès utilisé pour l'affiche de l'expo, point de portrait d'apparat. Certes, on découvre d'autres aspects de l'oeuvre de Sargent tels que ses grands décors pour le Public Library de Boston ou ses paysages. Mouaif, pas emballée par tout ça, je suis! 

*Oui, oui, parfaitement, je suis bien en train de me la pèter : ça sert à quoi d'être allée à New York si on ne peut pas même pas crâner sur son blog?? 

Les infos pratiques? Par là!

 

 

Commentaires

eh ben on dirait que notre quiche parisienne a bien profité de son arret maladie pour se cultiver !!

Écrit par : minisushi | lundi, 26 février 2007

Ah chez toi aussi cohabitent la mamie, la petite fille et le jeune femme... :) Je me sens moins seule ;)))

Écrit par : Caroline | lundi, 26 février 2007

@minisushi : me culturer m'dame, me culturer!
@caroline : y a de quoi devenir schizophrène avec tout ça!

Écrit par : la quiche | lundi, 26 février 2007

Et bam, encore une expo de plus sur ma liste ^^

Écrit par : Bliss | mardi, 27 février 2007

Moi aussi elle m'a grave déçue cette expo. Je ne me souvenais plus de Sargent (que j'ai pourtant forcément vu à New York - allez hop moi aussi je frime un coup - mais là bas tous les peintres ont à mes yeux été éclipsés par Schiele et Whistler), j'y allais pour voir le tableau de Sorolla qu'on m'avait obligée à étudier en cours d'espagnol... et j'en suis sortie dégoutée de Sorolla, qui m'est apparu plutôt "grossier" face à la précision et la justesse de Sargent. Heureusement qu'il y a le sublime portrait de Sarah Bernhardt à la sortie, en expo permanente. Il est si beau que ça rattrape tout !

Écrit par : Géraldine | mardi, 27 février 2007

@bliss : d'habitude, c'est toi qui me donnes des envies d'expo : juste retour à l'envoyeur!
@géraldine : dans la série je continue à me la peter : Schiele, je l'ai admiré à Vienne dans son jus, un vrai régal; c'est vrai que Whistler m'a beaucoup marquée aussi, il y en de superbes au Courtauld Institut à Londres, ça vaut le détour!

Écrit par : la quiche | mardi, 27 février 2007

Les commentaires sont fermés.