Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 30 novembre 2006

Une bonne claque dans ta gueule...

Soirée au resto entre copines de longue date qui se retrouvaient toutes ensemble pour la première fois depuis un bail, 2 hommes égarés là subissent éclats de rire, rééducation du périnée, prof de sport muy caliente et papotages à donf. Le cadre est chouette, ce qu'on a dans nos assiettes pas dégueu, bref une très bonne soirée.

Arrivés sur le quai du métro du retour, un petit vieux nous demande comment faire pour aller à Paris. "Mais monsieur vous êtes à Paris, où voulez-vous aller excatement?" "Je veux aller à Paris". On se rend compte très vite qu'il y a un souci : le vieux monsieur est complètement déboussolé, incapable de se rappeler où il habite. Heureusement, il a un trousseau de clé sur lequel un numéro de portable est écrit. En fait, ce petit vieux est bien attaqué par Alzheimer et son neveu le cherche depuis quelques heures. On reste donc avec notre Gérard (entre temps on a tapé la discute, enfin on a tenté) qui sans ça prenait le métro vers la Défense alors qu'il habite à Oberkampf (qui comme chacun le sait en dans le 18è).
Ca a jeté comme un blanc et après une nuit de sommeil là dessus, je me rends compte qu'on est vraiment peu de choses, que ce vieux monsieur c'est comme s'il était mort bien que son enveloppe charnelle fonctionne encore. Paradoxalement (puisque si on finit comme ça, à quoi ça sert de se décarcasser pour faire quelques chose de bien de sa vie), ça m'a redonné conscience de la chance que j'avais d'être jeune et en bonne santé et envie d'en profiter en en ayant pleinement conscience.

 

 

mardi, 28 novembre 2006

#15

Le petit dernier du mois de novembre, toujours sur le thème "glam"

 

 

medium_IMGP0006_22-28-54.JPG

 

lundi, 27 novembre 2006

Dans les bois éternels

medium_o-194-1.jpgJe viens de re finir dans les bois éternels de Fred Vargas... et ben mes amis du blog, je me suis rendu compte à la deuxième lecture que ce bouquin fout les jetons grave.

Pourquoi deux lectures pour établir ce constat?
Acte I. Une semaine de vacances familiales à la campagne dans le Tarn, j'attrape le premier bouquin qui me tombe sous la main : le dernier Fred Vargas. Cool, j'aime bien cet auteur. Je retrouve avec beaucoup de délectation le commissaire Adamsberg occupé à pelleter les nuages plutôt qu'à résoudre de manière conventionnelle les affaires confiées à son équipe. L'intrigue est riche, les personnages de plus en plus fouillés... Bref je dévore le bouquin affalée dans une chaise longue sous l'ombre d'un marronier.
Acte II. Il y a quelques jours une amie m'offre le dit bouquin. Je commence donc de le relire, heureuse de me replonger dans cette intrigue. Un petit peu tous les soirs, seule dans mon studio, seule, seule, seule... Et là, je me surprends à jeter un coup d'oeil à la pièce avant d'éteindre la lampe de chevet. Ben oui, l'ombre qui rôde dans le livre et inquiète, à juste titre, Adamsberg, elle serait pas des fois tapie sous ma mezzanine? Je n'ai cependant pas pu m'empêcher de poursuivre ma lecture tout en sachant que j'allais connaître quelques instants de frayeur* tellement ce bouquin est bon.

Une bonne idée de cadeau à (s')offrir pour Noël!

*Oui, je suis grave un peu une bouleuse, ok j'avoue je sursaute devant Buffy et compagnie, mais pas la peine de se moquer siouplé...

dimanche, 26 novembre 2006

Là où le beau rejoint l'utile...

medium_visuel_hp-oculi.2.jpgLe temple des arts décoraifs a rouvert ses portes depuis le 15 septembre au 107 rue de Rivoli. J'y ai fait un petit tour (petit le tour, parce que après une heure et demi de musée, j'oversature) et je suis partagée.

Les moins : 

  • c'est un vrai labyrinthe sur pas moins de 9 niveaux mélangeant parcours chronologique et galeries d'études,
  • peu de périod rooms (ou alors pas assez par rapport à ce que j'attendais de ce musée),
  • audio guide obligatoire pour avoir quelques explications : rien de tel que l'audioguide pour tuer une visite un peu spontannée du musée "attends attends on a loupé le n°36, faut revenir sur nos pas..." et au final on ne regarde plus vraiment les oeuvres

Les plus :

  • les reconstitutions en particulier le cabinet des fables de l'hôtel de Verrue, place Vendôme où une muséo intelligente nous parle de l'histoire du goût en mettant côté à côté les boiseries restaurées et celles simplement nettoyées,
  • les galeries d'étude qui montrent sur un thème donné tel que "s'assoir" les différentes solutions proposées par les artistes au cours des siècles,
  • les oeuvres d'Emile Gallé et de Louis Majorelle parce que je suis un peu monomaniaque,
  • la salle au 7è où l'on peut tester des modèles de chaises design entre autres la Lounge chair créée par Eames*
Mais je n'ai vu qu'une partie des collections, le musée des arts décoratifs mérite une seconde visite plus approfondie : restent encore les parties mode, bijoux, art déco, etc.

*D'ailleurs, petit papa Noyel si tu lis ces lignes, je ne serais pas contre un de ces fauteuils.

 

 

Info pratiques :
Le musée des arts décoratifs
107 rue de Rivoli 75001 PARIS
Du mardi au vendredi de 11h à 18h - dernier billet vendu à 17h30
Le samedi et le dimanche de 10h à 18h - dernier billet vendu à 17h30
Le jeudi : nocturne jusqu'à 21h - dernier billet vendu à 20h30
Fermé le lundi.

samedi, 25 novembre 2006

Salon Créations et savoir-faire

medium_logo_salon_creation.gifCette année, j'ai décidé de fabriquer moi-même les cadeaux que je mettrais sous le sapin. Ca tombe bien, jusqu'à dimanche se tient le salon Créations et savoir-faire : tout ce qui se fait d'imaginable (et même des choses qu'on n'imagine pas!) en arts décoratifs, travaux d'aiguilles et autre cuisine créative réuni dans un hall du Parc des Expositions de la Porte de Versailles. L'endroit rêvé, me disait-je, pour remplir ma besace des matières premières nécessaires pour laisser libre cours à mes envies.

Bon, en fait, ça ne présente que peu d'interêt quand on habite à Paris : on peut déjà tout trouver à droite et à gauche ainsi que sur le Net. Et, gros point négatif, après comparaison avec la mercerie du Bon Marché, certains exposants pratiquent des tarifs un peu élevés... Je ne suis donc pas convaincue par cette manifestation. Par contre, ma mère, venue espécialement de Lorraine pour l'Evènement, y a passé la journée entière sans s'ennuyer une seule seconde et a trouvé tout ce qu'elle cherchait. Les exposants par ailleurs très sympatiques et pour les quelques malheureux bonhommes entraînés contre leur gré dans cet enfer, il y a la garderie pour homme. Tout un programme!

Ne manquez pas les stands Martini qui proposent de se rafraîchir après l'arpentage intensif des allées du salon. Assez marrant d'ailleurs ces hordes de nanas prenant d'assaut les hôtes et hôtesses Martini, un peu dépassés par les évènements. 

vendredi, 24 novembre 2006

J'y crois pas!

medium_CNFPT_Les_concours_et_examens_du_CNFPT_copie.jpg

jeudi, 23 novembre 2006

Soupe aux lentilles et aux légumes

Une petite soupe parfaite pour réchauffer ce temps pourri de chez pourri mais qui ne fait pas encore trop bonne vieille soupe d'hiver. Et qui évidemment, est facile et rapide à faire, les deux conditions pour que je mette devant mes fourneaux!

Pour 2 personnes à gros appétit ou 3 voire 4 petits mangeurs.

Préparation : 15 min. Comptez un peu plus quand, comme moi, on a deux mains gauches et qu'on s'organise mal dans sa cuisine. Exemple : "Sapristi mais où est passé l'épluche-légumes, je m'en suis pourtant servi pas plus tard qu'il y a.... ah oui, trois mois...".

Cuisson : 30 min

Il vous faudra :

1 cuillère à café d'huile d'olive

1 gousse d'ail écrasée

1 petit oignon jaune émincé

2 petites carottes finement hachées

100g de lentilles corail

375 ml d'eau

375 ml de bouillon de poule

1 feuille de laurier

220 g de tomates pelées en boîte

2 cuillère à café de concntré de tomates

une cuillère à soupe de persil frais finement ciselé

Dans une grande casserole, faiîtes chauffer l'huile et faire revenir l'ail, l'oignon, les carottes et le céleri jusqu'à ce que l'oignon soit tendre.

Ajouter les lentilles, l'eau, le bouillon, la feuille de laurier, le concentré de tomates et les tomates coupées en dé avec leur jus. Portez à ébullition, couvrez et laissez mijoter 20 min jusqu'à ce que les lentilles soient tendres.

Retirez les feuille de laurier, décorez de persil au moment de servir. 

Pour les ceusses qui aiment ça, ils peuvent même rajouter un peu de céleri dans la préparation (à faire revenir avec ail, oignon, et tutti quanti).

C'est tellement bon que tout a été dévoré avant même que je puisse prendre une petite photo... Ok, j'ai complètement pas prémédité cette note et je me dis après-coup qu'une photo, ça aurait quand même pas été du lusque, ce sera pour la prochaine fois!

mardi, 21 novembre 2006

#14

medium_Sans_titre.2.jpg

 
 
 
 
 J'avais plein d'idée en tête genre rajouter des petites étoiles brillantes dans l'oeil, une couche de mascara et de fard, etc. Mais je me suis rendu compte à quel point je ne maîtrisais pas mon logiciel de retouche photo... y a du boulot ma quiche.

 


lundi, 20 novembre 2006

Loose attitude...

Que je vous explique ce qui me met dans l'état cité dans le titre de la note.

Depuis le 9 novembre, 5 régions sur 8 ont eu le résultat de leurs oraux mais pas la miennneeeeuuuuuhhhhhhh.

Je passe donc mes journées à rafraîchir la pages des résultats du CNFPT, je tremble de voir ma région apparaître car malgré mon sentiment positif par rapport à l'oral, rien n'est joué, puis j'enrage en voyant que rien n'a bougé depuis les 5 dernières minutes, je me fais violence pour ne plus regarder, je tiens 10 minutes et je replonge... C'est un cercle vicieux nerveusement usant... Heureusement que je peux récupérer les soirs et les week end car il n'y a aucune chance que des résultats tombent, on parle de la fonction pulbique là quand même!

Donc, tant que ces fichus scrogneugneu de p****n résultats seront en suspens, je ne serais que l'ombre -grognonne- de moi-même. Avis à la population!

samedi, 18 novembre 2006

Patois

A week end lorrain billet lorrain !

Le Lorrain a  un parler bien spécifique,  je vais donc vous faire découvrir des expressions toutes plus élégantes les unes que les autres que vous pourrez entendre au détour des rues de Nancy.

On commence par une citation des Amis d’ta femme, groupe du cru qui a fait une reprise de Laisse béton de Renaud à la sauce lorraine que je vous mettrais ici dès que  j’aurais compris comment on met de la musique sur un blog !  «  de l’ineffable propension qu’ont les Lorrains à oublier le prénom de leur interlocuteur : « comment qu’c’est…    euh…    gros ? ».

 

Parce que le Lorrain n’appelle pas son ami par son prénom mais par cette délicieuse locution « gros », qui n’est en aucun cas en rapport avec le poids de la personne qu’on s’entende bien.

Le Lorrain ne fait pas la fête, il fait la chouille.

Il ne boit pas, il pitche.

Il ne s’en va pas, il se pet’ la tchave.

Il ne demande pas « comment vas-tu cher ami ? » mais il préfère dire « ça get’s gros ?»

Il parle d’un ami en rajoutant « le » devant son prénom : le Henri par exemple… voire dans certains cas extrêmes « il est où le gros ? »

Il prononce le T à la fin du mot vingt.

Le tout avec un accent bien des campagnes.

Mais le Lorrain est un gars bien quand on ne s’arrête pas à ça… Nombre d’étudiants arrivés ici contraints et forcés n’en sont plus repartis conquis par la chaleur de l’accueil. Venez y voir de plus près…

 

Edit après une soirée dans les bars lorrains :

Le Lorrain met le caillon (avec un ^ sur le a) soit le souk, le bronx

Il ne fume pas des cigarettes mais des schmers.

Il ne redoute pas les policiers mais les schtars.

Il ne se tape pas la honte mais la lâtche ou la chouffe.

Il ne parle pas d'un gars mais d'un câtche.

Il ne roule pas vite mais il chable.

And so on... 

jeudi, 16 novembre 2006

Et de 101...

Je sais pas si vous avez remarqué mais hier c'était mon 100e billet... J'ai toujours autant de plaisir à utiliser mon joujou blog et j'espère que vous qui passez ici y trouvez de quoi vous plaire... C'est parti pour encore un bon moment!

mercredi, 15 novembre 2006

Mouton??

medium_56530198.jpg

 

 

 

Ce moi-ci :

J'ai acheté Glamour parce que je voulais changer de mes mags de fille habituels mais j'ai acheté Cosmo parce qu'Hélène y a rédigé un guide du savoir bloguer, j'ai acheté Biba parce qu'on y parle de Carolinedaily, etc.

Résultat on est le 15 novembre et j'ai épuisé une bonne partie des mags de ... décembre. Je ne vais quand même pas lire des trucs sérieux.... Ah, non, je suis sauvée : j'ai toute une tripotée de blog de filles pour remplacer! Merci les filles! 

 

mardi, 14 novembre 2006

#13

Le thème du self portrait challenge du mois : GLAM

So this is (a part of) me as a belly dancer :

medium_IMGP0022.2.JPG

 

 

 

lundi, 13 novembre 2006

La mélodie du bonheur

medium_melodieintro.jpgJe sais pas si vous avez pris le temps de regarder d'un peu près ce qui se trouve dans la colonne de gauche... Maman, ça compte pas, je sais que tu l'as fait. Dans la rubrique "Mes Cultes", mes fllms cultes donc. Parmi eux, la Mélodie du Bonheur - The Sound of Muisc en english dans le texte. Rien de tel qu'une bonne petite comédie musicale des familles pour se remettre des sentiments simples et positifs dans la tête ou confirmer l'état serein dans lequel on est. 

C'est très daté (1965 quand même). Mais une superproduction de l'époque : la dernière scène tournée dans les Alpes depuis un hélico devait être sacrément impressionnante il y a 40 ans. Et puis il y a  Julie Andrews et son casque de cheveux, ses vêtements à la Heidi et son air de douce dinguote mais si... vous la connaissez... Mary Poppins c'est elle.

Pour vous allécher : Maria se destine au couvent mais sa nature généreuse bouscule la vie tranquille des nonnes. Elles décident donc de la tester et l'envoie comme gouvernante dans la famille Von Trapp : 7 enfants et un père de famille, capitaine de la marine autrichienne qui, depuis le décès de sa femme, règne sur sa (somptueuse) demeure comme sur un navire de guerre. Je vous laisse imaginer comme l'ambiance est à la rigolade dans la case. Mais heureusement Maria et sa joie de vivre communicative vont conquérir les enfants.  Le tout avec un fond de suspens : l'hsitoire se déroule pendant l'Anschluss et le capitaine Von Trapp affirme haut et fort ses sentiments nationaux à coup d'Edelweiss, Edelweiss qui remuent les trippes.

Je l'ai regardé hier pour la 36millionème fois hier et je ris toujours à l'astuce des nonnes pour sauver la famille des nazis.
Donc petit passage à vide ou envie de passer un bon moment, précipitez-vous sur la Mélodie du Bonheur. Ses ritournelles continueront à vous trotter longtemps dans la tête... 

dimanche, 12 novembre 2006

Bilan...

medium_200447917-001.jpg36258 aller retour aux toilettes,

48 rouleaux de PQ utilisés,

15 litres de liquides divers et variés ingurgités, 

3 kilog de légumes plus tard,

je me sens dégonflée, saine ... et je ne rêve que d'une chose : mon petit déj de demain, une demi baguette, du beurre, du Roquefort et du Rocamadour, ouf. Je ne ferais pas ça tous les week end mais de temps et temps, c'est vraiment bénéfique.

Et je confirme qu'il ne faut strictement rien prévoir pendant cette cure à moins d'avoir constamment des toilettes à proximité, à raison d'une visite toutes les 20 minutes, c'est un élément qu'on ne peut pas négliger! 

 

 

vendredi, 10 novembre 2006

Un week end avec Madeleine

Ces derniers temps j'ai un peu abusé : mal mangé, pas assez dormi, stressé mon petit cerveau, trop fumé, séché la danse, ma seule activité physique, etc. Résultat on ne m'appelle plus la quiche mais la loque, plaintive en plus la loque!
Il était plus que temps de prendre des mesures de rééquilibrage. Ca tombe bien, j'ai un week end très très calme en perspective : plus exactement, je n'ai strictement rien de prévu. Cest la condition sine qua none pour ce que j'envisage. Chouchoutage corporel : gommage, masques, épilation et ptet que je vais profiter de l'occas pour aller faire ce soin du corps que j'ai eu en cadeau à mon birthday. Un appart douillet où il ne fait plus -15 pour cause de nouvelles fenêtres, des DVD, des bouquins (merci Anne!). Mais l'essentiel de mon week end remise en forme : une cure Madeleine Gesta.

Ah Madeleine, c'est ma sauveuse. Toujours là quand on a besoin d'elle et très efficace.... Laissez-moi vous conter par le menu la méthode Madeleine Gesta.

Vendredi : faire les courses, préparer le """"bouillon purifiant"""", dire au revoir à la civilisation et se préparer à passer 48H en hibernation 

Samedi :  

Au réveil
Buvez ½ litre d'eau par petites gorgées avant de vous lever... Etirez-vous longuement puis levez-vous en douceur, enfilez ensuite un jogging douillet ou un pyjama confortable.
Petit-déjeuner
Buvez un bol de lait ½ écrémé + 1 cuillère à soupe de cacao dégraissé + 1 cuillère à café de miel.
1/4 d'heure après
1 orange ou un ½ pamplemousse, en quartier ou en jus.
Dans la matinée
Buvez 1 litre d'eau.
Déjeuner
Mangez 200 g de viande blanche et 300 g de légumes extraits du bouillon purifiant.
2h00 après le déjeuner
1 yaourt nature sucré avec une cuillère de miel.
A 16h00
Buvez un hydromel (jus de 2 citrons + 1 cuillère à café de miel), peu calorique il vous redonnera de l'énergie et vous évitera de grignoter.
Vers 19h00
Buvez ½ litre de bouillon purifiant en trois prises espacées d'une dizaine de minutes.
Dans la soirée
A 20 minutes d'intervalle, mangez trois bols de légumes extraits du bouillon purifiant agrémentés d'une vinaigrette : moutarde (une cuillerée à café maximum), des herbes à volonté, du poivre, du citron ou du vinaigre et obligatoirement deux cuillères d'huile.
Au coucher
1 yaourt nature sucré avec une cuillère de miel.

 Dimanche :

Grasse matinée Ne faites pas sonner le réveil !
Au réveil
Buvez ½ litre d'eau par petites gorgées avant de vous lever.
Petit-déjeuner
Buvez un bol de cacao, soit :
1/4 litre de lait écrémé + 1 cuillerée à café de cacao pur + 1 cuillerée à café de miel.
Dans le courant de la journée
Buvez toutes les 1/2 heures, 1/4 de litre de liquide, soit en tout :
1 litre d'eau, le jus de 2 pamplemousses pressés et ½ litre de bouillon purifiant.
Dans l'après-midi
Mangez un yaourt, sucré avec du miel.
A 16h00 Buvez votre hydromel : jus de 2 citrons + 1 cuillère à café de miel.
Dîner 200 g de poisson vapeur, en papillote ou au four et un bol de légumes du bouillon + vinaigrette avec 2 cuillères d'huile mais pas de sel.
Au coucher 1 yaourt nature sucré avec 1 cuillère à café de miel.

La recette du bouillon purifiant :

Mélangez les ingrédients :
1,5l d'eau
1kg de poireaux coupés en petits morceaux
500 g de carottes
500 g de tomates
quelques branches de céleri
un peu de thym
et faites cuire 20 mn.

et la liste des courses pour le week end :

3 bouteilles d'eau plate
1 litre de lait ½ écrémé
4 yaourts nature
Cacao dégraissé de type Van Houten
Miel
200 g de blanc de poulet ou de dinde
200 g de filet de lieu ou de merlan
1 kg de poireau
500 g de tomates
500 g de carottes
Céleri en branches
Thym
Huile
3 pamplemousses ou oranges
3 citrons

 

J'ai trouvé ces infos ici 

Si après ce week end d'une affolante sainitude tant pour le corps que pour l'esprit, je suis encore une larve, je crois que je vais arrêter de lutter et rebaptiser définitivement ce blog : "une loque à Paris".

Un petit bilan dimanche soir... Et bon week end à tous!

dimanche, 05 novembre 2006

un p'tit break chti!

medium_lille.jpg

 

 

 

Je vous abandonne quelques jours pour une formation à Lille et il y a bien des chances pour que je ne puisse pas bloguer d'ici là même si ordimini est du voyage. Oui, oui, depuis mon cambriolage, je suis un peu parano et ordimini me suit dans tous mes déplacements, comme une executive women!

Alors, je vous dis bonne semaine et je reviens dans quelques jours pour vous conter mes aventures lilloises : poupounage de bébé, soirée girl pyjama, shopping (pour voir si le salut existe en dehors de Paris!)...

vendredi, 03 novembre 2006

L’Ecole de Nancy ou le renouveau des arts à Nancy

Oups, cette note est méga longue car je me suis laissée emporter par ce sujet qui est un peu mon dada!

medium_b_bois_41_daum.3.jpgLa maisonnée s’est endormie, je peux donc tranquillement m’installer pour vous conter ma Lorraine par le petit bout de la lorgnette. Le mot conte n’est pas vain ici puisque ma pauvre Lorraine, devenue province française à la mort de Stanislas est peu à peu rentrée dans le rang. Rideau – Ennui – Petite ville de province.
Et là ping, une petite guerre pour réveiller tout ça. 1870, perte de l’Alsace et de la Moselle. Et voilà Nancy qui devient à la place de Metz ou Strasbourg, désormais en territoire allemand, LA grande ville de l’Est de la France. Tous les regards se tournent vers cette ville symbole de la tragédie de l’Annexion. Et ces regards vont rencontrer un créateur de génie : Emile Gallé. Fin lettré, humaniste, républicain, verrier, ébéniste et céramiste, il réussit, grâce à l’énergie débordante qu’il met dans tout ce qu’il entreprend, à réveiller le Nancy des Arts. Des expositions d’arts décoratifs à Nancy et à Paris font connaître dans toute la France, les créations de ce qu’on a vite appelé l’Ecole de Nancy. Le bois, le verre, la céramique, les vitraux, les tissus, les reliures… les artistes de l’Ecole de Nancy touchent à tout et révolutionnent les pratiques artistiques de la fin du XIXe siècle tombée dans la répétition, le cliché.

Ils ne sont pas les seuls en Europe à poursuivre ce but : Bruxelles, Barcelone, Glasgow, Vienne… et Nancy! Partout on crée un Art nouveau –le mot est jeté- inspiré des lignes végétales. La particularité de Nancy est d’avoir porté un regard très naturaliste sur ces lignes végétales sans doute sous l’influence de Gallé, botaniste averti. Donc l’heure de gloire pour Nancy dont les créations sont célébrées partout.
Mais dès le tournant du XXe siècle, les formes se stylisent, se géométrisent et la plupart des artistes de l’Ecole de Nancy, freinés par la mort de leur chef de file en 1904, ne réussissent pas à prendre ce tournant. C’est le début d’un long purgatoire où les débauches florales et les stylisations végétales sont honnies. Aujourd’hui, il serait presque indécent de donner le prix de vente d’un beau vase de Gallé. Il y a même des Japonais qui commanditent des vols au Musée de l’Ecole de Nancy pour se fournir en pièces majeures!

Car, quel meilleur endroit que Nancy, pour se replonger dans cette époque ? Ben, n’y en a pas !
A ne pas rater à Nancy :
Le musée de l’Ecole de Nancy : dans la propriété du principal mécène de l’Ecole de Nancy, des collections somptueuses, un aquarium et un jardin.
La villa Majorelle : le plus bel exemple d’architecture Art nouveau à Nancy
Le musée des beaux-arts : pour les Daum au sous-sol
La brasserie Flo – Excelsior (en face de la gare) : presque dans son jus
Le quartier de Saurupt (direct en tram) : pour les villas rescapées d’un projet de parc jardin à l’anglaise
Et surtout se balader le nez en l’air !

Pour en savoir plus : par ici

jeudi, 02 novembre 2006

Il était une fois Walt Disney

medium_affiche.jpgEn terme d'expositions, ma semaine de vacances s'est résumée à la visite dûment préparée cette fois -achat des billets à l'avance pour éviter les hordes qui se ruent aux expos block busters_ de l'exposition "Il était une fois Walt Disney" au Grand Palais.

Le fil conducteur de cette exposition est de retrouver les sources d'inspiration de Walt Dysney -en tant qu'entreprise puisqu'on se rend vite compte de la part importante des collaborateurs dans la conception et la mise en oeuvre des desssins animés- qui sont aussi diverses que les films de l'expressionisme allemand, les illustrations de Béatrix Potter, les peintures du romantisme allemand ou les délires du surréalisme. C'est un parti intéressant qui permet de voir les dessins animés de Disney sous un angle autre que celui de l'estampille "film pour enfants".

Mais la mise en oeuvre du propos laisse un peu sur sa faim. Une première partie thématique montre les grandes sources d'inspiration de Disney, mention spéciale aux écrans qui projettent en parallèle des séquences extraites de Disney et les films qui les ont inspirées. Une deuxième partie présente film par film les sources d'inspiration. C'est précisemment là que j'ai décroché du propos et me suis contentée d'être émerveillée devant les décors de production, en gros les dessins qui ont été filmés pour de vrai, qui sont d'une grande beauté et aussi émouvants. Car le principal attrait ce cette expo est celui de faire ressurgir, grâce à une muséographie qui fait la part belle à l'ambiance, la magie de Walt Disney et de donner envie de se replonger dans la Belle au Bois Dormant ou Peter Pan.

Bilan en demi teinte donc pour cette exposition qui ne répond pas à ses promesses d'étude du cas Disney mais qui est tout de même enchanteresse. D'ailleurs, on y voit un vase de Gallé qui vient du musée de l'Ecole de Nancy, si ça c'est pas un gage d'enchantement....
Mais on en reparle demain bientôt car à l'heure où j'écris ces lignes, je suis en Lorraine, l'occasion rêvée donc pour me fendre d'un billet sur l'Ecole de Nancy ou comment Nancy est devenue une capitale artistique il y a 100 ans. Si, si, capitale artistique, foi de quiche : revenez demain bientôt pour juger sur pièce.