Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 28 septembre 2006

Ô rage Ô désespoir!

medium_57539331.jpgBon ben ça y est c’est officiel, je suis accroc au Net et aux blogs.

J’enrage de ne pouvoir poster des billets aussi souvent que je le voudrais, j’ai envie de donner un nouveau look à mon blog, découvrir encore plus la blogosphère mais je n’ai toujours pas d’ordimini à disposition.

C’est une vraie grosse frustration et l’expert de l’assurance n’est toujours pas venu constater les dégâts, m’est avis que quand il daignera se déplacer mes fenêtres auront été changées !!!

Tout ça pour vous dire que j’aimerais être plus présente ici et ailleurs mais que matériellement c’est pas possible. Sorry !

mardi, 26 septembre 2006

Il n'y a pas beaucoup d'étoiles ce soir

medium_9782253108528.gifSylvie Testud est une actrice que j’aime beaucoup : de la simplicité, de la franchise, une nana comme vouzémoi en quelque sorte. Et elle confirme tout ça dans « Il n’y a pas beaucoup d’étoiles ce soir », récit autobiographique d’une actrice en devenir.

Elle nous raconte avec une franchise désarmante et un ton décalé et frais son entrée au « Conse » le saint des saint. Sa première robe Chanel prêtée pour la cérémonie des Césars. Sa première scène d’amour. Ses équipées BHV pour ravitailler les ouvriers qui bossent chez elle. Sa peur de décevoir un réalisateur qui lui a fait confiance. Le calvaire d’un tournage hivernal…

 

Morceaux choisis :

Rencontre avec Elsa, la « prêteuse de robe de la cérémonie des Césars » chez Chanel rue Cambon. « Je suis intimidée. Je dois mesurer à présent un mètre et quelques centimètres. Je contemple la Reine. La Reine mesure deux mètres. Il me semble. »

Scène d’amour :

« Nous avons fait l’amour durant 8 heures. Durant 8 heures, j’ai regardé au fond des yeux de Fred.

Durant 8 heures, j’ai aimé Fred.

Durant 8 heures, je me suis surventilée.

Après 8 heures, j’ai la tête comme une pastèque. »

 

Je la joue courte en ce moment, mon vieil ordimini ayant une durée de vie de 15 minutes environ : pas trop le temps de fignoler. Que ça ne vous empêche pas d'aller lire ce merveilleux petit bouquin!

dimanche, 24 septembre 2006

Docteur Mode, on vous demande au chevet de la quiche

medium_jeans.jpgJ’ai un problème de taille avec les jeans. Je crois que depuis que je suis en âge de faire attention aux vêtements que je porte je n’ai jamais réussi à acheter un jean dont je me sois dit « Wouah, il me va trop bien –me fait un cul d’enfer –tiendra la route un moment ». Il me va bien deux fois, se troue aux cuisses à un endroit impossible à raccommoder, je me lasse de la couleur, s’élargit au point qu’on a l’impression que je me suis oubliée dedans* …

Régulièrement je me fais des séances shopping spéciales jeans, j’en essaie une bonne dizaine, je leur trouve à tous des défauts, parfois j’en achète un en me disant qu’il fera la soudure avec le prochain qui ne manquera pas d’être le bon, souvent je lâche l’affaire. Hier était une des ces après midi « à la recherche du jean parfait ». Chou blanc. J’ai même essayé un jean skinny. Après tout il ne faut jamais dire fontaine je ne boirais pas de ton eau, j’aurais pu avoir une bonne surprise. Et bien non !

Le désespoir était tel que je me voyais déjà contrainte de bannir le jean de ma garde robe alors que je trouve que c’est une pièce essentielle. Alors avant que je n’en arrive à cette extrémité, zauriez pas des conseils à donner à une quiche du jean un peu ronde des hanches ??????????

 

 

*j’ai mis du temps avant d’acheter des fringues à ma taille objective, rapport à l’image faussée que j’avais de mon corps : ado j’achetais du 42 pour un 38 !!!

vendredi, 22 septembre 2006

Danse orientale

medium_LS003123.jpgDans le cadre de la reprise en main évoquée ici *un peu laissée de côté cependant eu égard à mes péripéties bonnes ou mauvaises de ces dernières semaines*, je me suis réinscrite à un cours de danse orientale.

Donc hier soir, cour de rentrée dans une asso de la mairie de Paris. Je ne m’attendais pas à être conquise par une prof aussi rapidement. Mes moyens modestes ne me permettant pas de prendre des cours avec des danseuses réputées, je pensais entamer un long parcours du combattant pour trouver ma prof de rêve. Faut vous dire aussi que c’est un peu la loterie. Entre la nana qui ouvre son école de danse pour soutirer un max de caillasse à ses élèves : « alors les filles on fait un spectacle mais il faudra être en costume, vous pouvez me les louer pour 80 euros la soirée et les répétitions seront payantes », la nana qui n’a pas compris la dimension cours donc apprentissage, découpage des mouvements, toussa toussa et la danseuse qui fait ça pour payer son loyer mais qui y va un peu à reculons, j’étais un peu échaudée. Et bingo, je pense être tombée sur une perle : un vrai cours construit, une envie très nette de nous faire progresser, des qualités pédagogiques. Je suis ravie.

D’autant plus que j’avais oublié le plaisir de sentir les muscles de son corps travailler et *attention passage à haut potentiel narcissique* le plaisir de faire de jolies choses avec son corps. Faut dire que j’ai été une adolescente boutonneuse pas très à l’aise avec son corps et c’est la danse qui m’a fait accepter sa féminité, son pouvoir de séduction, ce qui a entraîné un processus lent mais profond de refonte de mon image et malheureusement pour mon portefeuille de ma garde robe.

Alors cette résolution elle ne va pas vraiment être difficile à tenir et ça m’enchante.

Et pour toutes celles qui ne considèrent pas ça comme une activité sportive, je m’insurge : venez passer 10 minutes à trembloter du ventre, vous verrez si ça fait pas des abdos en béton !

mercredi, 20 septembre 2006

Parce que des fois j'ai encore du mal à y croire!!

medium_liste_admiss_copie.3.jpg

lundi, 18 septembre 2006

V(i)ol

medium_empreinte.jpgVendredi soir, j’ai eu une soirée extrêmement désagréable. Petit verre avec des amies avant de me mettre à mon boulot de révision. Retour chez moi vers 22h20. Tiens la porte n’a qu’un verrou de fermé... Tiens c’est le bordel partout, merde Zaz aurait pu ranger avant de sortir… Putain, la fenêtre ouverte, elle est vraiment inconsciente cette Zaz…. Putain de chiotte de merde de bordel mon ordinateur a disparu….

Ben en fait aucun rapport avec Zaz, on s’est juste fait cambrioler. Appels à la police, relevé des empreintes, dépôt de plainte... Butin de la soirée pour ces connards : deux ordinateurs portables et un appareil photo numérique dernier cri, le mien en évidence sur la table basse, trop vieux ne les a pas intéressé. Bilan des courses pour nous : un gros traumatisme psychologique, on sursaute au moindre bruit inhabituel et on paranoïse à fond.

Un coup bien préparé : visite de repérage il y a 10 jours au milieu de la nuit, attente du moment propice où les 4 apparts de la cour sont vides et où ma voisine et moi avons laissé nos volets ouverts. Tout ça n’a duré que l’espace de 10 minutes mais maintenant je ne me sentirais plus aussi bien chez moi et dieu sait que j’aime mon home sweet home. Mais un endroit où des individus sont rentrés, ont ouvert placards, tiroirs, boîte à sous vêtements ben c’est plus vraiment un sweet home. Tout ce qu’on raconte sur l’impression de viol de l’intimité, d’insécurité, etc. c’est pas du pipeau, on est en plein dedans et c’est vraiment pas agréable : il doit être facile de sombrer dans la névrose. Heureusement, avec Zaz, on se soutient mutuellement, je n’aurais pas aimé être seule en ce moment…

Vous comprendrez donc que je laisse ce blog en friche pendant quelques temps, le temps de faire changer mes fenêtres et de récupérer l’argent de l’assurance. Ca va être dur : plus de Michael Scofield, plus de blog, plus de musique de daube pour se mettre la pêche… Mais par contre plein de temps pour réviser mon oral ! Remarquez cette positive atittude de ouf !

A bientôt j’espère.

vendredi, 15 septembre 2006

wouahlalalala

Je viens de terminer la saison 1 de Prison Break....ben mes poulets, je vous raconte pas l'état de mes nerfs : si je fumais encore, je crois que je me serais avalé un paquet entier tellement c'est intense! Et là je laisse Michael-Wentworth dans une merde encore plus noire qu'au début de la saison, le drame. Au moins comme ça, je vais pouvoir aller voir mes copines euh réviser mon oral!

mercredi, 13 septembre 2006

#10 Encore un autoportrait du mardi en retard!

Parce que la vie suit son cours après tout!

Le thème du mois de septembre (oui oui, il y a des règles à ce petit jeu mais j'était pas trop inspirée jusqu'à présent) :  "with someone", un someone qui représente des choses si possible!

Mon quelqu'un de spécial, c'est Zaz copine historique et coloc temporaire.

medium_ZAZ.jpg

 

mardi, 12 septembre 2006

Houston, we've got a problem...

medium_wentworth-miller.jpg

Au diable l'auto portrait du mardi, on a de sérieux problèmes à régler...

Comme annoncé ci-dessous, je suis censée être en pleine période de révision intensive pour briller à l'oral du concours qui va possiblement bouleversifier ma petite vie.... Mais depuis ce week end ma route a croisé celle d'un être d'exception qui a tendance à me hanter : je passe de nombreuses heures avec lui et quand je le quitte c'est contrainte et forcée ou pour écrire un billet à propos de lui. Cet homme hors du commun c'est Wentworth Miller alias Michael Scofield dans la génialissime série Prison Break.

Revenons quelques jours en arrière. Nancy, avec mon amoureux, une soirée tranquille, le champagne de la veille ayant complètement répondu à mes ardeurs festives.
Moi : "Et si on regardait Prison Break, ça a l'air pas mal du tout".
Lui : "Oui c'est terrible mais si on commence tu vas vouloir tous les voir, en plus le héros, si j'étais une nénétte et ben je le trouverais choupinet".
Choupinet n'est pas vraiment le terme que j'aurais employé, ce mec est ... les mots me manquent...torride. Mon amoureux, si tu lis ces lignes, je t'aime toujours, hein! J'ai juste un gros béguin de collégienne (et pourtant je suis pas spécialement midinette à se pâmer devant des stars sauf Bertrand Cantat mais ça c'est une autre histoire, je vous laisse donc imaginer le potentiel du bonhomme). Et pis y a pas de risque que je te trompe, et pis toi tu kiffes Teri Hatcher, d'abord!

Le résultat c'est que depuis samedi, dès que j'ai un moment de libre, je mate des épisodes de Prison Break ... A midi, je suis même rentrée manger chez moi pour en grapiller encore un peu... Tout ça n'est que peu compatible avec des révisions intensives vous en conviendrez, paraît en plus que la saison 2 est téléchargeable ; je sais que je suis assez raisonnable pour ne pas céder à cette tentation mais il est hors de question que je laisse Wentworth dans les moments difficiles qu'il traverse, il a besoin de moi.

Je ne vois qu'une seule solution : je vais tout regarder ce soir quitte à y passer la nuit et après je romps avec Wentworth, notre relation a tendance à devenir un peu trop fusionnelle!


 


PS : En cherchant une illustration pour cet article, je suis tombée sur ça, je suis rassurée, moi au moins je ne veux pas à me marier avec lui! Par contre en guise de 4 heures... ;)

lundi, 11 septembre 2006

Fol espoir!

medium_examn.jpgEt ben mes poulets, il s'est passé un truc génialissime aujourd'hui : je suis admissible à l'oral du concours d'assistant qualifié de conservation du patrimoine. Dis comme ça, ça casse pas trois pattes à un canard, je vous l'accorde. Pourtant, pour moi, c'est extraordinaire. C'est le cinquième concours de la fonction publique territoriale que je passe et la première fois que je passe la barrière de l'écrit, je commençais sérieusement à songer à me recycler... Et ça y est, et je suis un peu plus sûre de moi face à l'oral, je sens que je peux y arriver.  

Tout ça m'ouvre des prespectives de malade : un boulot intéressant correspondant à mes attentes car avec ce grade je pourrais être responsable d'un service des publics dans un musée, la possibilité de quitter Paris où je ne me sens plus aussi bien, quant à la paye c'est pas encore ça mais dans la culture...

Les oraux, c'est dans un mois, donc révisions à fond les ballons jusque là : mes contributions bloguesques vont peut être s'en trouver réduites car ma vie va prendre une tournure monacale pour les quelques semaines à venir, le détail des sujets révisés ça risque de vous passionner moyen.
Je suis motivée pour ces révisions, je vous raconte même pas! Vais ptet m'y mettre dès ce soir. Ah non, je vais faire un truc que j'adore : un planning!

jeudi, 07 septembre 2006

Pique Nique

medium_champ.jpgOr donc, hier c'était pique nique sur la pointe de l'Île de la Cité face au pont des Arts pour célébrer le jour heureux de ma naissance. Ben quoi? Vous me trouvez un tantinet mégalomanique? Mais si moi j'écris pas ça ma bonne dame, mon bon monsieur, rayez la mention inutile, qui le fera à ma place? Je prends les devants. Jour heureux de ma naissance donc!
Tous ne se connaissaient pas, certains se retrouvaient, se redécouvraient mais en tous cas les conversations et les rires allaient bon train et je vous remercie tous de m'avoir fait passé ce chouette moment dans ce coin de Paris qui est vraiment enchanteur.

Et même que, en tant que reine de la soirée, n'ayons pas peur des mots, nos voisines de pique nique m'ont offert du champ' et comme on est des bien polis, on a partagé avec elles un somptueux gâteau au chocolat... Ambiance à la coule qui m'a réconciliée, pour un temps, avec Paris.
Note pour plus tard : le champ' c'est bon, je devrais en acheter plus souvent au lieu de réserver ça aux grande occasions.

mardi, 05 septembre 2006

#9

Les jours raccourcissent, les lampes se rallument....

 

etre_de_lumiere.jpg

lundi, 04 septembre 2006

Résolutions S+1

medium_50s.jpgPetit bilan, à une semaine de la prise des résolutions : 

Objectif 1 : j'ai passé 10 entretiens, envoyé 46 lettres de candidature spontannée, répondu à 15 offres, refait mon CV, et j'ai aussi un secret espoir d'être admissible à l'oral d'un concours passé en mai qui sauverait les meubles et m'ouvrirait de sacrées perspective.... Comment ça j'ai rien foutu? Ca mobilise vachement l'esprit cet espoir fou!

Objectif 2 : euh..... Je suis vraiment obligée de détailler, là? Allez, je vais me regarder dans le blanc des yeux et admettre mon immobilisme mais vous allez voir que les éléments se sont ligués contre moi...
Sous objectif A : pas possible tant que je n'ai pas éclusé les pots de confiote maison qui traînent un peu partout, pas possible tant que mon birthday n'est pas loi derrière moi... j'ai quand même recommencé à cuisiner pour mon lunch, y a du progrès.
Sous objectif B : j'ai déchiré involontairement mon bonnet de piscine, les pneus de mon vélo sont rien que des dégonflés....donc rien de ce côté là! Mais je me suis renseignée sur les cours de danse orientale, c'est plus motivant ça!

Objectif 3 : après avoir failli  faire financer les cours de LSF par mon boulot au titre de la formation continue, j'ai renoncé pour l'instant devant l'ampleur de l'investissement en temps (mon royaume pour des journées plus longues) et aussi en caillasse, faut pas se mentir!

Ecrit comme ça, je me rends compte que tout ça n'est pas bien glorieux, j'ai un peu la latche* devant vous tous, je vais me mettre plus sérieusement à tout ça. Rendez-vous dans une semaine! 

* : la honte en gracieux dialecte lorrain

dimanche, 03 septembre 2006

Vaux le Vicomte ou le marketing culturel

medium_IMGP0318.JPGExpédition à Vaux le Vicomte aujourd'hui. Vaux le Vicomte, c'est là que s'est formée la fine équipe qui a bossé pour Versailles : Louis XIV, jaloux de Fouquet, son surintendant des finances et heureux propriétaire de ce bijou, a fait emprisonner celui qui avait osé surpasser le luxe royal et a embarqué les artistes sur le projet pharaonique de Versailles. Je me devais donc d'aller voir ce chateau qui avait excité la convoitise du grand Louis. De plus, les Parisiens ont peut être remarqué les affiches qui fleurissent dans les couloirs du métro avec un slogan racoleur au possible "Envié par Louis XIV, jamais égalé" , et j'avoue que ce ton publicitaire m'a un peu interloquée.

Pas déçue du voyage la quiche! Sur place : possibilité pour 5 euros de faire graver une ardoise à son nom pour financer la rénovation de la toiture, possibilité de louer un costume pour visiter le chateau, possibilité de trouver à la boutique des reproductions des gravures exposées dans les salles, un tarif démentiel pour une fauchée comme moi... Bref, une exploitation commerciale à fond les ballons qui m'a légèrement refroidie. D'autant que l'intérieur du château est loin d'être reluisant : peintures effritées, moquettes délabrées... quelques salles d'apparat impressionnantes mais surtout aucun document d'aide à la visite (non payant). Un léger sentiment d'arnaque.

Heureusement que l'architecture est somptueuse et que les jardins sont un vrai ravissement pour les sens :  une débauche d'illusions d'optique, de l'harmonie, de la sérénité, de l'eau, du calme : un vrai moment de bonheur. Rien que pour ça, je pense que cette visite valait le détour... Pour les flemmards : possibilité de louer des voiturettes de golf pour grimper jusqu'à l'Hercule qui domine le jardin, au loin, très loin, très très loin....

Pour y aller : train jusqu'à Melun + navette qui emmène au château qui est à quelques kilomètres (sauf si on a un pote motorisé qui habite dans le coin, hein Isma) 

vendredi, 01 septembre 2006

L'homme baroque

medium_Rubens.jpgUn oeil sur l'ordimini, l'autre sur les infos (tout ça sans strabisme, je suis trop forte), je suis interpellée par un petit reportage sur un festival qui s'appelle "Ruhrtriennal", théâtre et musique dans les vestiges industriels de la Ruhr. Comme ça rien de bien excitant. D'ailleurs j'ai eu beau chercher dans le grand gougle, j'ai pas ramené grand chose dans ma besace sauf une dépêche AFP reprise à toutes les sauces; "les vestiges industriels de la Ruhr" viennent de là mais je voyais moyen comment le dire autrement! Aucun rapport avec la choucroute, je reviens au sujet. Ce qui m'a fait tiquer dans ce reportage, c'est qu'un Hongrois, Peter Esterhazy (avec un nom comme ça, il pouvait pas être brésilien le bonhomme en même temps), a complètement craqué sur le thème 2006 : "L'homme baroque".

 

Pour lui qui dit baroque dit Rubens, mais bon les péquins qui se déplacent dans la Ruhr, ils sont pas venus voir des tableaux, ils sont venus voir des pestacles. Qu'à cela ne tienne, Peter Estherhazy a décidé d'animer les tableaux de Rubens : des satyres plein de vice, des faunesses bien en chair complètement dépoitraillées, des boucs, des bacchus bedonnants tous dans un état d'ébriété avancé prennent la pose puis reprennent leurs activités.

Bon je sais que c'est réducteur de ne voir que ça de l'oeuvre de Rubens, et je parle en connaissance de cause, mais franchement ça m'a pas donné envie. Alors peut être que les gars du reportage, ils ont eu un regard un peu étroit sur cette création mais, en l'état actuel de nos connaissances sur le sujet, je vous déconseille d'aller au Ruhrfestival 2006. J'ai comme dans l'idée que personne n'avait vraiment envie d'y aller mais c'est histoire de dire quelque chose, vous zenervez pas. Et par contre Rubens en vrai c'est chouette :  au Louvre, le cycle sur la vie de Marie de Médicis ; à Lille, une superbe descente de croix, à Bruxelles dans les églises et au musées royaux des beaux -arts; à Nancy, une transfiguration du christ qui déchire, etc. Bref, zavez pas d'excuses!