Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 12 septembre 2006

Houston, we've got a problem...

medium_wentworth-miller.jpg

Au diable l'auto portrait du mardi, on a de sérieux problèmes à régler...

Comme annoncé ci-dessous, je suis censée être en pleine période de révision intensive pour briller à l'oral du concours qui va possiblement bouleversifier ma petite vie.... Mais depuis ce week end ma route a croisé celle d'un être d'exception qui a tendance à me hanter : je passe de nombreuses heures avec lui et quand je le quitte c'est contrainte et forcée ou pour écrire un billet à propos de lui. Cet homme hors du commun c'est Wentworth Miller alias Michael Scofield dans la génialissime série Prison Break.

Revenons quelques jours en arrière. Nancy, avec mon amoureux, une soirée tranquille, le champagne de la veille ayant complètement répondu à mes ardeurs festives.
Moi : "Et si on regardait Prison Break, ça a l'air pas mal du tout".
Lui : "Oui c'est terrible mais si on commence tu vas vouloir tous les voir, en plus le héros, si j'étais une nénétte et ben je le trouverais choupinet".
Choupinet n'est pas vraiment le terme que j'aurais employé, ce mec est ... les mots me manquent...torride. Mon amoureux, si tu lis ces lignes, je t'aime toujours, hein! J'ai juste un gros béguin de collégienne (et pourtant je suis pas spécialement midinette à se pâmer devant des stars sauf Bertrand Cantat mais ça c'est une autre histoire, je vous laisse donc imaginer le potentiel du bonhomme). Et pis y a pas de risque que je te trompe, et pis toi tu kiffes Teri Hatcher, d'abord!

Le résultat c'est que depuis samedi, dès que j'ai un moment de libre, je mate des épisodes de Prison Break ... A midi, je suis même rentrée manger chez moi pour en grapiller encore un peu... Tout ça n'est que peu compatible avec des révisions intensives vous en conviendrez, paraît en plus que la saison 2 est téléchargeable ; je sais que je suis assez raisonnable pour ne pas céder à cette tentation mais il est hors de question que je laisse Wentworth dans les moments difficiles qu'il traverse, il a besoin de moi.

Je ne vois qu'une seule solution : je vais tout regarder ce soir quitte à y passer la nuit et après je romps avec Wentworth, notre relation a tendance à devenir un peu trop fusionnelle!


 


PS : En cherchant une illustration pour cet article, je suis tombée sur ça, je suis rassurée, moi au moins je ne veux pas à me marier avec lui! Par contre en guise de 4 heures... ;)

Commentaires

C'est sur, il est pas laid . En plus, tu as vu, il fait de la pub pour John Deere ! Par contre, les tatouages, là, je suis moins sûre !

Écrit par : cath | mercredi, 13 septembre 2006

encore un qui ne dormirait pas dans la baignoire!

Écrit par : marie caroline | mercredi, 13 septembre 2006

Alalala, moi je suis a fond dedans, et là j'ai les balloches, parce que hier, stait jeudi, et que j'm'etais pomponnée et tout pour mon rendez vous avec ce canon, et horreur malheur, à la place y avait foot...

Écrit par : Jude, lorraine aussi :) | vendredi, 15 septembre 2006

...que les choses soient bien claires : c'est quand même l'infirmière que je préfère! (oh ça fait des rimes!)
non, mais je pense que c'est mieux pour tout le monde que le précise...

Écrit par : lui | vendredi, 15 septembre 2006

@cath : c'est pour la série les tatoos pas en vrai ;)
@marie caro : ce serait un crime de laisser ce malheureux jeune homme dans la baignoire, je pense qu'on peut faire plein de choses pls sympa avec lui ;)
@julie : moi j'ai toute la série à la maison nananananaère!

Écrit par : la quiche | vendredi, 15 septembre 2006

ohlala ca fait du bien de pas etre la seule complétement à fond ^^' (de la série, pas de Wentworth, enfin si mais peut etre pas comme la nénette du lien) je suis en plein téléchargement de la saison 2, oui c'est mal, non ça ne me pose pas de probleme de conscience, enfin quoi, michael a besoin de nous quoi!!! grrraou

Écrit par : mamzelya | dimanche, 18 février 2007

Les commentaires sont fermés.