Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 26 août 2006

Vic sur Seille

 

medium_friant.jpgAttirée par le musée Georges de la Tour qui a ouvert il y a peu dans cette petite bourgade mosellane, j'ai profité d'un week end lorrain pour y faire un tour. Après tout c'est un des grands noms de la peinture lorraine, il méritait bien le déplacement.

 

Mettons les choses au clair : si vous voulez voir des Georges -je l'appelle par son prénom on est compatriotes quand même- mieux vaut aller au Louvre car le musée de Vic ne possède qu'une étude d'un visage féminin et un saint Jean Baptiste dans le désert, remarquable au demeurant. Mais alors me direz-vous, pourquoi un musée Georges de la Tour au nom un peu usurpé? Parce que c'est là qu'il est né Georges. A Vic sur Seille, alors résidence des évêques de Metz et donc ville d'administration, de couvent, etc. Passé qui a laissé des vestiges architecturaux très intéressants comme l'hôtel des Monnaies, certes très remanié par un restaurateur qui a du un peu trop lire Viollet-le-Duc.

Pour ceux qui ne le connaissent pas, VLD, c'est l'architecte qui a imaginé la galerie des Chimères de Notre-Dame à Paris, monstres qu'on croiraient sortis tout droit du Moyen Âge mais qui nous viennent tout bonnement du XIXe siècle.
Pour vous situer le personnage, voilà sa théorie de la restauration : il convient de rétablir le monument "dans un état complet qui peut n'avoir jamais existé à un moment donné". Un peu trash le VLD ; on en est un peu revenu aujourd'hui mais je m'égare et revenons à Vic, charmant village à visiter donc. Evitez quand même le café des amis le dimanche, rendez-vous de cyclistes à grande gueule et fort accent lorrain.

 

Heureusement, il y avait au musée une exposition sur un autre gars du coin : Emile Friant. C'est un de mes peintres lorrains préférés, proche des artistes de l'Ecole de Nancy dont je ne manquerais pas de vous reparler. Les tableaux de Friant reflètent la vie nancéienne de la fin du XIXè siècle, tendance réaliste, à l'opposé de Victor Prouvé (père de Jean l'architecte*), l'autre peintre du moment mais tendance symboliste, lui. Donc les moeurs de la bourgeoisie, les ouvriers qui taquinent la bouteille en attendant de trouver de l'ouvrage, les joies simples d'hommes jeunes et en bonne santé partageant un bon repas... Je vous montre un des mes préférés : l'idylle sur le Pont.

 

Si vous passez dans le coin, arrêtez vous un instant à Vic sur Seille, on y sent la riche histoire de la Lorraine que cette rubrique veut vous faire découvrir. Parce que la Lorraine c'est chouette : il n'y a pas que des mines et du mauvais temps!

 

 

*Je fais un peu de "name dropping" pour vous démontrer l'importance de la Lorraine dans le domaine artistique....

 

Commentaires

Je ne connaissais pas, merci de me faire découvrir ce peintre. Très très chouette ambiance.

Écrit par : franz | lundi, 28 août 2006

le visage de cette femme sur le pont est magnifique, je ne connaissais pas, suis preneuse d'autres tableaux si tu as de la doc .

Écrit par : merma | lundi, 28 août 2006

si voulez les voir en vrai : musée des beaux-arts de Nancy et musée de l'Ecole de Nancy mais faut attendre un peu qu'ils reviennent de l'expo de Vic qui se termine début septembre je crois.

Écrit par : la quiche | lundi, 28 août 2006

Merci de m'indiquer où je peux trouver le catalogue de cette expo Briant à Vic

Écrit par : Alain FICAT | vendredi, 15 décembre 2006

Les commentaires sont fermés.