Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 30 juin 2006

je hais les pigeons

Hier alors que je tentais vainement de passionner quelques ado handicapés mentaux à l'histoire des Tuileries, il est arrivé une catastrophe. Tout à coup, mon petit groupe se met à se bidonner sévère.

J'ai vite vu que pour une fois ce n'est pas un évènement extérieur qui les perturbait genre la garde républicaine à cheval, un bus à 2 étages... mais c'était moi, leur guide, censée être une figure de quelque peu d'autorité, qui suscitait leur hilarité. Et pour cause, un pigeon* m'avait nonchalement chié dessus et emportée par mon animation, je ne m'étais rendu compte de rien...

Autant vous dire que j'ai aussitôt perdu toute crédibilité, que le reste de la séance a été chaotique et que 2 heures après la chiure malheureuse était toujours le sujet de conversation number one. Pffffffiou, pas facile d'être guide pour enfants handicapés. Heureusement ce soir c'est le week end et bien que l'on soit vendredi, ce soir c'est dodo, ben oui quoi demain la France bat le Brésil faut se préparer!

*si cette note est rangée dans la catégorie, mon Paris à moi, c'est parce que Paris pullule de pigeons que c'est même pas imaginable!

jeudi, 29 juin 2006

c'est mal, très très mal...

Tout à l'heure, je devais fumer une chicha avec un ami mais j'ai lu dans Elle ou alors dans Biba ou Cosmo, je ne sais plus lequel, que la chicha était 10 fois plus toxique que la cigarette, or cet ami et moi on essaie de ne plus trop approcher les cigarettes car FUMER TUE. Notre idée de soirée tombe donc à l'eau. On se décide alors pour un petit resto autour de la rue Mouffetard, alléchés par les salades géantes. Et ben c'était tellement moisi cet endroit que au moment de payer, on a élégamment fuit à l'anglaise : leur machine à retirer des sous sur les comptes bancaires ne marchait pas, c'était notre seul moyen de paiement, nous ne sommes donc pas revenus du distrib' et on s'est réfugiés chez Angelo pour une glace à la pétale! C'était la première fois que je faisais ça et tant qu'on était près de la rue Mouffetard, je n'ai pas arrêté de sentir des yeux rageurs dans mon dos, j'ai gonflé mon ami avec ma culpabilité judéochrétienne et même pensé à appeler le restaurant pour leur expliquer pourquoi on était partis comme ça....

Résultat des courses, on a mangé gratos, pas terrible certes mais gratos, en ces temps de disettes c'est appréciable! Et une délicieuse glace pour terminer tout ça. Bilan plutôt positif d'autant que ma culpabilité m'a vite abandonnée!
Et vous, ça arrive de faire ce genre de trucs?

mercredi, 28 juin 2006

Faites sauter le champagne

Depuis quelques minutes, j'ai réussi à configurer ma connexion internet.... Pour vous dire comme je suis douée: ça marchait pas, je me suis creusé la tête, refait l'opération plusieurs fois, recreusé la tête, jusqu'à ce que je remarque un fil qui se baladait tout seul et c'était évidemment le plus important... le câble ADSL.... La quiche en action...
Et ben, sous Mac on peut faire moins de choses dans la mise en forme du texte, je vais me pencher sur la question...

mardi, 27 juin 2006

#2

Bon cette fois, j’ai prévu le coup, pas eu beaucoup à réfléchir, je me suis juste amusée avec la caméra intégrée de mon wonder ordi mini qui déforme et fait des effets terribles, j’ai eu bien du mal à ne choisir que quelques photos. J’ai trouvé ça proprement hallucinant ces déformations de mon visage, je me croiserais dans la rue, je ne me reconnaîtrai même pas. Et en même temps, ça me ressemble assez ce tourbillon... un peu à l'image de ce qui se passe quotidiennement dans ma tête!

 

medium_MyPicture.jpg

Promis, la semaine prochaine, si j’ai installé Photoshop, je mettrais vraiment ma créativité à l’épreuve.

lundi, 26 juin 2006

Questions existentielles sur le couple...

Mon petit appartement donne sur un endroit charmant, une petite cour avec des bambous qui poussent et apportent une agréable touche de verdure, un peu le pied en somme. Mais il y quelques jours, les voisins ont coupé les dit bambous et depuis tout va à veau l’eau*. Peut être ces bambous avaient-ils un effet calmant sur le couple qui vit en bas ? Là on, enfin ils sont au bord de la rupture ; j’ai droit à toutes leurs scènes de ménage, je pourrais fermer les fenêtres et monter le son de la musique mais je cède régulièrement à la tentation. Vous le faites jamais, vous, se faire tout pitit pour entendre ce qui se passe à côté ?

 

Et bien là je le fais parce que les disputes dans un couple c’est un truc que je ne connais pas et là ils vont particulièrement loin à se hurler des tagueule, à se promettre des baffes si ça continue… Je crois qu’ils vont effectivement se séparer, promis je vous tiens au courant. Revenons-en à la dispute, c’est un truc que je ne sais pas faire, toujours peur que ça aille trop loin et que soient dites des choses irréparables, peur que l’autre saute sur l’occasion pour prendre la tangente (oui oui, je souffre d’un léger problème d’estime de moi mais on s’améliore !), et comment renouer les liens après une dispute ? Et puis aussi je crois que fondamentalement, je me refuse à cette violence verbale convaincue qu’il y d’autres moyens de régler les choses. Ma solution à moi que j’ai trouvé toute seule comme une grande, quand quelque chose ne va pas, et ben je boude, c’est ‘achement mieux comme solution.

 

Et vous, dispute, pas dispute, escalade verbale, rabibochage sur l’oreiller, comment ça se passe ?

 

 

*j’aurais dit comme ça spontanément « tout part en couilles » mais je me suis souvenue que ma mère lisait ce blog ! D’ailleurs, ça doit bien être la première fois que j’emploie cette expression châtiée en remplacement et ça me semble moyennement bien orthographié, menfin…

 

edit du 1er jullet : il me semblait qu'il y avait eu rabibochage mais tandis que je tentais de faire une petite sieste, nouveau drame dans la cour car Monsieur délaisse Madame ce soir pour aller voir le matche avec des amis, Madame, qui doit être en dépression post accouchement en pleure de rage.... et moi je n'arrive pas à faire ma sieste!

vendredi, 23 juin 2006

chroniques de la méchanceté ordinaire chap.2

Hier soir alors que je devisais tranquilement avec une amie place de la Bastille (le lieu est important pour la suite de l'histoire), un homme vient nous demander des sous. Ma politique actuelle (régulièrement je change d'avis sur la question) quant à la charité n'est justement pas très charitable, je ne donne rien. Donc je lui ai répondu "non monsieur je n'ai pas d'argent à vous donner". Notez la politesse remarquable dont j'ai fait preuve (on en cause justement chez Deedee aujourd'hui). Et ben 5,5 mètres plus loin le malotru s'est mis à me prendre à parti sur la taille de mon popotin. Certes, Almodovar n'aurait pas eu besoin de me rajouter un faux cul si j'avais joué le rôle de Raimunda dans Volver, mais tout de même, je suis loin d'être obèse. Et l'odieux personnage de rajouter que mon c** était tellement gros que même la colonne de la Bastille y serait au large. Tant de vulgarité et de méchanceté ont failli gâcher mon plaisir du moment.

Dites-moi que je ne suis pas la seule à subir ces assauts de méchancetés et surtout comment vous les gérez!

jeudi, 22 juin 2006

Vivement...

Viens de me rendre compte que j'ai raté le Self Portrait Tuesday de cette semaine roh la honte, à peine entamé et je ne m'y tiens pas... Mais j'ai des excuses, voui Monsieur, voui Madame... c'est que j'ai pas internet dans mon homesweethome, encore quelques jours de patience. Mais après ça mes loulous, va falloir faire gaffe à vos yeux, ce blog ça va devenir une tuerie! Moi, je vous aurais préviendu, faudra pas venir me dire que... Non mais!

mercredi, 21 juin 2006

trop forte la quiche!

Voici ma dernière réalisation girlie* : un petit sac imprimé africain avec des anses en faux bambou que j’ai même pas mis 15 plombes à faire… une petite soirée et l’affaire était pliée. Certes dans le détail c’est pas encore ça qu’est ça : forme assez approximative, couleur de la couture trop apparente, manque une poche intérieure, etc. Mais je trouve qu’il y a de l’idée. Et tout ça pour un coût minime, jugez vous même :
  • Anses en bambou : 4,9€
  • Tissu africain : 1,99€ le mètre et il me reste de quoi faire au moins un sac
  • Doublure : 4€ le mètre et y en reste

Pas besoin d’une feuille de calcul Excel pour se rendre compte que c’est carrément pas cher et qu’il produit son petit effet.

S’il y a des amateursrices, faites-vous connaître, on peut s ‘arranger !

*Pour les ceusses qui ne me connaissent pas encore, je suis une grande dingue de sacs : petits, gros, à main, en bandoulière, en cuir, en tissu, faits par moi ou achetés ; je n’en ai jamais assez… je vais m’en donner à cœur joie vu que j’ai piqué la machine à coudre de ma sœur et unique… comment ça je te l’avais pas dit ma sœur et unique ?!!! Oups

mardi, 20 juin 2006

Première rencontre

Or donc ce week end s’est déroulé une rencontre au sommet : les Parents Fiers de l’Etre ont quitté pour quelques jours leur froide contrée lilloise au profit de la riante non moins triste campagne lorraine et ils avaient dans leurs bagages, enfin c’est juste façon de parler parce que s’ils le mettent dans le coffre j’appelle les services sociaux, donc ils avaient leur petite merveille de trois semaines, j’ai nommé Bébé Clément. Conséquence logique de cette arrivée : ruée de cadeaux et de copines surexcitées à l’ex domicile de Maman Fière de l’Etre, l’ex-domicile en question ayant un lourd passif : c’était notre lieu de fêtes clandestines quand nous étions ados... Entre la copine inquiète de mal s’occuper de cette chose mystérieuse qu’est un bébé, le papa fier comme Artaban, la copine complètement abasourdie par la confiance de ce petit ange qui dort comme un bienheureux dans des bras inconnus (c’était moi, l’inconnue), etc. même pas pu prendre une photo de la petite famille au complet mais voici quand même une photo du premier de la nouvelle génération de ma gang de copines historiques, c’est pas beau ça ?

medium_IMGP0024.jpg

 

J’ai aussi réalisé que j’étais pas du tout mais alors pas du tout du tout prête pour ça, trop de choses à régler dans ma tête pour me lancer dans une telle aventure. Et pis, y a comme un souci matériel : j’ai pas de papa potentiel, hi hi !

PS : Cette note a été entièrement écrite depuis mon nouveau Mac Book qu’est une vraie merveille même s’il est hyper exigeant sur la qualité des CD que je lui donne à manger – c’est vrai sur un Mac t’as l’impression de nourrir l’ordi par une bouche quand tu rentres un CD, c’est drôle. Tout ça pour dire que m’est avis que dès que la quiche aura le Net à portée de Wifi elle va devenir complètement addict!!!

lundi, 19 juin 2006

I'll be back in a few days...

Et je serais alors équipée du dernier portable mac que je vais acheter ce soir!!! la journée va être longue...

mercredi, 14 juin 2006

Nous allons prendre votre appel, merci de patienter quelques instants…

Cette petite phrase anodine a failli me rendre folle.
Après l’avoir entendu presque 70 fois –ben oui toutes les 22 secondes pendant 23 minutes- j’étais dans un état proche de l’Ohio, la larme prête à couler. « Mais qu’est ce que ce c’est que ce monde où tu poireautes 23 minutes sur un serveur vocal sans à aucun moment avoir la possibilité de parler à quelqu’un » me disais-je. Le pire c’est que ça aurait pu durer plus longtemps : passé un certain temps, impossible de raccrocher. T’as attendu 23 minutes, tu vas pas gâcher ce temps perdu et recommencer plus tard pour un résultat sans doute identique. Alors tu t’accroches, tu te désespères sur l’évolution de la société mais t’essaies quand même de rester calme histoire de pas faire payer au pauvre téléopérateur toute cette frustration. Sauf que ce jour-là, au bout de 23 minutes, t’as vraiment pas de chance : le téléopérateur a décroché, dit au revoir et raccroché. Erreur de manipulation ou manifestation de sadisme téléphonique ? Le résultat a été le même : les larmes de rage et d’impuissance ont coulé, 18 euros de hors forfait pour cette seule communication, et toujours pas de téléphone fixe.

Edit quelques heures plus tard: après réclamation auprès de France Télécom, il s'agissait d'un numéro gratuit depuis un fixe, oups! mérite bien d'être appellée la quiche lorraine moi...

mardi, 13 juin 2006

Self portrait tuesday # 1

J’ai recensé toutes les taches qui m’ornaient un de ces 4 : autant sur mon corps (je précise quand même que la douche quotidienne fait partie de mon quotidien justement) que sur mes fringues… Je m’en suis rendu compte au cours de la journée et n’ai rien fait pour arranger ça :

serais-je dans une période de relâchement par rapport à mon image ? C’est grave docteur ?

 

medium_IMGP0005.2.JPG

 

Et pis là

medium_IMGP0007.JPG
Et encore là
medium_IMGP0006.2.JPG
On va finir par dire que je ne suis pas une quiche mais une vraie tache
Plus d'info sur le self portrait tuesday

lundi, 12 juin 2006

Paris, mon amour

Mon boulot me procure régulièrement des petits moments de bonheur en particulier quand je dois me rendre sur l’île de la Cité. Je descends à Odéon, suit la rue de l’Ancienne Comédie puis la rue Dauphine jusqu’au Pont Neuf et à chaque fois je suis émerveillée par ce petit bout de Paris qui me donne l’impression de vivre dans une ville de rêve. Les superbes bateaux le long des quais, le Louvre que l’on devine derrière les feuillages du square du Vert Galant, Henri IV qui se détache sur le ciel… même impression quand les bateaux mouche révèlent le chevet de Notre Dame ou la pointe de l’île Saint-Louis : « Wouahhhhhhhh ! Paris c’est trop beau quand même » et je me sens toute veinarde de vivre ici malgré mes déconvenues.
Et vous vous en avez des endroits magiques qui vous font aimer votre ville ?

dimanche, 11 juin 2006

Perle de footballeur

Claude Makélélé à propos de Sidney Govou appelé de toute urgence en Allemagne pour remplacer Cissé, tragiquement blessé pendant un match de préparation. Moi, je ne trouve pas ça tragique, hein, j’aurais plutôt tendance à m’en taper, c’est juste pour resituer le contexte de cette citation : « c’est un joueur expérimenté au niveau de l’expérience ».

Le foot c’est bien (veux pas me fâcher avec les fanas de foot) mais ne devrait-on pas interdire aux footballeurs de parler ? Malgré ses apparitions publicitaires intempestives, Zidane a tout compris : il parle peu. Bravo Zizou.

vendredi, 09 juin 2006

Horreur Malheur

Prise de conscience tragique cette semaine : le mondial de foot commence aujourd’hui. Ce n’est ni aux journaux, ni à la radio, ni à la télé, que je dois cette prise de conscience bien que tous s’emploient à en parler le plus possible. Les esprits les plus positive attitude diront que ça fait une petite pause, car après le mondial, on va en souper des élections de 2007 alors ne boudons pas ce répit qui nous est offert !

Non, j’ai pris conscience que tout notre quotidien allait être envahi par le mondial pendant une pause déjeuner dans un square du XVe, tranquille sur mon banc, à lézarder au soleil, un ptit bonheur que je savourais à sa juste valeur. Jusqu’à l’arrivée d’une équipe de gamins, 22 si vous voyez où je veux venir, qui ont entamé un match on ne peut plus sérieux, comme les gamins de la pub Adidas, à coups de corner, pénalty et même de hors-jeu que les ptits footeux (moyenne d’âge 7 ans quand même) ils t’expliquaient ça comme si c’était simple comme bonjour, alors que calculer mentalement 1956-765 ça vous pose un problème, hein les mômes…  Bref ça m’a un peu fait flipper pour les semaines à venir, va-t-on arriver à parler d’autre chose ? Je suis pas contre le foot mais contre la monomanie oui !

jeudi, 08 juin 2006

Mékeskessavadoné ?

Ça y est, je suis enfin allé acheter les fournitures nécessaires à la réalisation de mon petit cadeau pour bébé Clément de ma copine maman fière de l’être. C’est un peu un challenge car je vois cette petite famille dans exactement 9 jours et vu le rythme auquel je tricote détricote mon ouvrage, c’est vraiment pas gagné ! Mais je me sens d’attaque à réaliser ce défi.

J’aime bien les noms des couleurs de laine : j’ai choisi pistache, écosse et indigo… c’est poétique ces assemblages.

Mais la grande question c’est « qu’est ce que je prépare donc avec ces trois pelotes » ? Faites appel à votre imagination...

mercredi, 07 juin 2006

Katastrofe...

Argh trois fois argh mon ordi du bureau -avec lequel je poste mes billets et vadrouille sur les autres blogs, je sais c'est pas bien de faire ça sur son temps de travail, jme rattrape en étant 2 X plus efficace et pis que celui qui fait jamais ça me jette la première pierre....- mon ordi du bureau disais-je viens de rendre l'âme terrassé par une maladie inconnue, l'informatichien maison vient de l'emporter vers sa dernière maison. Si vous suivez bien ça veut dire que je vais avoir du mal à faire vivre ce blog juqu'à ce que j'ai récupéré une bécane en état de marche: je vais devoir squatter les ordis de mes camarades de travail absents comme c'est le cas maintenant, pas cool du tout.

J'ai bien un ordimini à la maison mais le pauvre vieux n'aime pas la chaleur et s'éteint à l'insu de mon plein gré quand l'envie lui chante, généralement au bout de 15 minutes, du coup je l'ai pas connecté à internet. Mon rêve d'un nouvel ordinateur se fait de plus en plus présent : voici l'objet de tous mes désirs.... tadam.....

 

Mais c'est pas avec ma paie de misère et mon loyer parigot que je vais arriver à économiser pour me le payer! Je lance donc un grand appel à votre générosité... Contactez moi par mail pour que je vous communique mes informations bancaires..

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nan c'est une blague, j'en suis pas là quand même!

Voilà l'été, voilà l'été!

Du soleil et encore du soleil, chez moi ça donne ça:

Et puis ça aussi:

J'ai donc enfin ressorti les accessoires indispensables de l’été car le soleil a pointé le bout de son nez sur Paname. Alors aujourd’hui, lunettes de stars et tong pour faire dorer mes petons. Me suis d’ailleurs rendu compte en prenant cette photo que mes doigts de pied ressemblent aux saucissons que j’ai acheté dans le Cantal.

C’est pas grave, mon seul vrai complexe c’est ma peau : difficile d’assumer l’acné juvénile passé 25 ans !!

 

 

 

J’ai aussi acheté mon premier melon, The fruit symbole de l’été. Ben j’aurais mieux fait de pas l’acheter chez Ed parce qu’il était un peu trop croquant pour un melon, de quoi faire passer mes envies précoces de melon pas cher ! Me ferais plus attraper par les melons espagnols et autres tomates du Maroc et vais me contenter des produits de saison sur les marchés.

 

Mais tout ça n’est pas bien grave car le soleil est là et ça y a rien de tel pour donner un coup de fouet au moral : malgré mon mal de genoux chronique, je suis allé au Bon Marché à vélo pour profiter de cette superbe journée et me faire plaisir mal en flanant dans le rayon fringues.

Et chez vous, il fait quel temps ?

mardi, 06 juin 2006

Les miracles de la sainte huile d'olive

Pour commencer pas de photo de mon week end rafraîchissant dans le Cantal, j’avais oublié mon APN. Mais durant ces quelques jours j’ai fait une grande découverte. Nous étions une quarantaine, il fallait donc préparer des quantités de nourriture presque industrielles : je me suis proposée pour remuer un taboulé géant (c’était pas une corvée, j’adore faire la cuisine à pleines mains, rappel de mes moments d’enfance à tripatouiller la boue) qu’on a donc assaisonné avec grosso modo un bon litre d’huile. Et ben mes enfants, mes mains mises à mal par le white spirit, rapport à mes tentatives de peinture dans mon appart pour ceux qui suivent, sont désormais d’une douceur à faire rougir de jalousie le cul d’un bébé. Je comprends mieux maintenant le pourquoi des boutiques O&Co qui proposent des produits à l’huile d’olive ! Et vous, vous en avez des méthodes beauté de grand-mère ? Ça m’intéresse !

samedi, 03 juin 2006

Week end au vert

Wouah, je vais passer trois jours au fin fond de la France profonde et j’en suis ravie : réunion presque de famille dans le Cantal, bouffe, alcool, verdure (à voir, pas à fumer bande de ouf, je vous ai dit que me mère lisait ce blog)), vaches, grands espaces. Bon, je parierai pas sur un beau week end mais sait-on jamais, je vais me laisser aller à un optimisme débridé et partir avec des tongs. Récit du week end mardi ou mercredi.